Besoin d'aide pour tous les jeux Eredan ? C'est ici !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[Histoire] Tombée du ciel

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 [Histoire] Tombée du ciel le Ven 14 Mai - 15:44

Laharl

avatar
Admin
Admin
Tombée du ciel : Acte 1

Tombée du ciel, premier évènement : Voyage



Voilà déjà plusieurs jours que les membres de la Kotoba arpentaient les routes impériales. Ils avaient traversé de nombreux villages et, à chaque fois, les habitants prévenus de l'arrivée d'illustres héros, leur avaient offert le gîte et de somptueuses fêtes. Ils avaient quitté Okïa, l'endroit le plus éloigné de la capitale Impériale mais aussi le plus proche du Tombeau des Ancêtres. Le lieu où se trouvait la pierre Tombée du Ciel n'était plus qu'à deux jours de marche.

Ils avaient franchi les grandes portes de Ji construite par leurs ancêtres afin de conduire les morts vers le monde du repos éternel. En cela, ils avaient brisé le traité passé entre la Draconie et l'Empire. Mais peu importait, les temps avaient changé et leur victoire sur les étrangers était acquise. Du moins le pensaient-ils…

Les routes au travers de ces contrées depuis longtemps oubliées n'étaient plus que de vagues chemins. Amaya remarqua alors des traces de pas.

- Là ! Regardez !, s'exclama t'elle.

La jeune femme montrait du doigt une fumée s'élevant dans les airs non loin de là. Aku s'approcha timidement du Seigneur Impérial.

- Je crois savoir de qui il s'agit. Nous avons rien à craindre d'eux.

Très vite la Kotoba fut sur place. Là attendaient deux personnages énigmatiques. L'un habillé avec fantaisie et la figure maquillée amusait l'autre, un énorme monstre aussi musclé que gras.

- Kyoshiro et Okooni ! S'écria le jeune Iro, des étoiles plein les yeux.

Les deux personnages se retournèrent vers le groupe.

- La Kotoba réunie ou presque. C'est une bonne chose que vous soyez là, leur dit Gakkyusha.

Kyoshiro, le plus petit des deux s'avança vers son chef pour le saluer.

- Mon Seigneur, nous avons vu la pierre météore et j'ai su à l'instant où elle s'est écrasée que vous viendriez jusque là.

Sen'Ryaku alla jusqu'au feu pour l'éteindre en l'étouffant.

- Tout ça n'est pas très malin, par contre. Les dragons ne sont pas très loin d'ici, ils vont nous repérer !, lança t'elle.

En réponse Kyoshiro la regarda dans les yeux puis secoua la tête négativement.

- Ils savent que nous arrivons depuis longtemps. Ne les sous estimez pas !



Tombée du ciel, second évènement : Campement



Voilà déjà une bonne journée que les Envoyés de Noz'Dingard avaient monté leur campement au pied de l'immense pierre Tombée du Ciel.

Zahal, Eglantyne et Moîra étaient partis explorer les environs et surveiller l'éventuelle arrivée de leurs ennemies de toujours : la Kotoba. Durant ce temps-là, le reste de la troupe discutait tranquillement, profitant de la relative quiétude des lieux.

Prophète était installé dans un fauteuil de voyage, grattant avec beaucoup d'attention un Kounok couinant de plaisir. Anryéna discutait avec son petit-fils d'un sujet qui passionnait le jeune homme : sa famille.

- Anryéna, vous êtes la mère de Prophète et par conséquent ma grand-mère. Mais Prophète n'a jamais voulu me dire qui était son père.

- Mon petit, il est naturel que tu t'interroges sur la lignée qui est la nôtre. Je pense qu'il y a des secrets que ton père aurait dû te révéler depuis quelques temps déjà et que tu dois connaître. Le jeune homme bouillait d'impatience.

- Je suis la fille de Dragon et de Zaïna la première Sorcelame.

Aerouant ouvrit de grand yeux, la relation devint évidente. Il était l'arrière petit-fils de Dragon ! Assis dans son fauteuil, Prophète écoutait sa mère dont le physique était éternellement celui d'une belle jeune femme.

- J'ai eu deux enfants, ton père est l'ainé. Le second, et le plus surprenant, est le fait que ton oncle ne soit pas de forme humaine.

- Kounok !! s'exclama Aerouant.

Le petit dragon fixa le cristalomancien avec beaucoup d'intérêt.

- Quand à toi, descendant de Dragon, ta mère n'est autre que l'actuelle dirigeante des Sorcelames, la vénérable Naya. Mais Prophète et elle sont en froid depuis bien des années déjà. Seules leurs fonctions respectives les obliges à se côtoyer.

- Mère, il suffit ! Se sont là des histoires qui ne le regarde pas, du moins pas directement…

Un peu plus loin Alishk était perdu dans sa concentration. Depuis leur arrivée ici, il avait ressenti quelque chose d'étrange avec cette pierre Tombée du Ciel et il était resté ainsi, examinant de tous ses sens magiques l'immense gemme.

Mais il s'était heurté à une sorte de champ de protection dont la nature lui échappait totalement. Nul ne pouvait toucher la pierre. Elle diffusait une douce lumière jaune qui remplissait l'exilé du désert d'une énergie salvatrice.

- Alors Alishk, qu'est ce que ta magie te fait ressentir ?

Le petit garçon qui venait de parler se cachait derrière de grandes lunettes.

- Étrangement je ne ressent rien d'agressif, mais je pressens aussi que cela n'est qu'une façade. Tu devrais peut être essayer toi aussi de ressentir ce qu'il en est, Pilkim.

- Oui, tu as raison….



Tombée du ciel, troisième évènement : Tempête



Le vent soufflait au travers des branches des arbres millénaires de la forêt des murmures. Moîra, Eglantyne et Zahal avaient fait le tour à l'orée du bois et retournaient vers le campement quand les sens magiques de la plus jeune des Sorcelames s'éveillèrent.

- Nous avons de la visite. Des gens se cachent non loin d'ici.

Zahal fit signe aux sœurs d'aller voir ce qu'il en était. Celles-ci exécutèrent rapidement une passe magique avant de plonger dans l'ombre de la forêt. Le Chevalier Dragon attendit quelques instants avant de s'élancer à son tour dans les broussailles…

Le Seigneur Impérial de son côté avait envoyé Tsuro, Amaya et Ryouken en éclaireurs afin d'en apprendre plus sur les Envoyés de Noz'Dingard et sur les personnalités présentes. Les trois Kotoba s'étaient alors aventurés aux abords du campement “ennemi”. Ils virent les Sorcelames et le Chevalier s'éloigner du campement et se diriger vers la forêt. C'était là une bonne occasion de récolter des informations sur ces étranges personnes dont la renommée était parvenue jusqu'aux oreilles de l'Empereur. Les deux traqueurs ne parlaient pas avec leur voix, mais par signes. Ils purent ainsi communiquer en silence et suivre les Envoyés. Bien cachés, ils n'imaginaient pas qu'ils puissent être découverts par des êtres qui, pensaient-il, leur étaient inférieurs. Amaya, encore novice dans l'art de la discrétion, se fit repérer par les femmes de Noz'dingard…

Eux sont les maîtres de l'invisible. Les Combattants de Zil avaient longuement espionné les Envoyés et la Kotoba. Ils avaient repéré leurs victimes. Mais Télendar n'était pas homme à agir sans avoir toutes les cartes en main.

- Soriek, Ergue, Granderage, allez dans la forêt et éliminez tous ceux que vous y croiserez.

Le jeune homme examina Marlok.

- Tu sais manier les éléments si mes souvenirs sont bons.

- C'est exact. Mais il y a longtemps que je n'ai pas utilisé mes pouvoirs.

- Peu m'importe. Fais ce que je te demande.

Le mage obéit à l'ordre donné par son chef. Il se plaça sur un rocher pour avoir une bonne vision d'ensemble et commença à psalmodier des incantations magiques. Rapidement des nuages s'amoncelèrent au-dessus du point d'impact de la pierre Tombée du Ciel. Puis le vent se mis à battre la plaine et la Forêt des Murmures. Marlok continuait ses efforts, mais hélas il n'était pas le meilleur dans la création de tempête et très vite elle échappa à son contrôle, libérant des forces dévastatrices. Des éclairs déchirèrent le ciel et des tornades commencèrent à se former un peu partout. Le mage Zil fut très embarrassé, mais Télendar, lui, se réjouissait de cette déconvenue qu'il trouvait très opportune.

- Allons-y Combattants de Zil, tuons-les, tuons-les tous !!!!



Tombée du ciel, quatrième évènement : Affrontements



Alors que la tempête soufflait de plus belle, la forêt des murmures fut le témoin de l'ouverture des hostilités entre les différentes guildes venues jusqu'à la pierre Tombée du ciel. Les Envoyés affrontaient et observaient les traqueurs de Xzia. Chacune des parties jaugeant les forces de l'autre. Jusque là, les traqueurs avaient l'avantage sur leurs opposants. Leur discrétion ne permettait pas aux Sorcelames et au Chevalier Dragon de leur mettre la main dessus. Un évènement inattendu vint alors perturber leur face à face…

Amaya contournait un arbre en même temps qu'elle sortait une lame droite de son fourreau. Elle n'était qu'à quelques pas de Moîra et dans son esprit le tour était joué : elle allait faire une première prise. Alors qu'elle allait bondir sur sa victime, elle sentit un fil au niveau de sa cheville. Le temps qu'elle réalise ce qu'il se passait, il était trop tard. Un filet habilement caché sous des feuilles mortes se referma sur elle. Le bruit averti alors Moîra.

- Et bien alors, voilà une souris prise au piège !

- Sort moi d'là, foutu sorcière ! Railla la traqueuse.

- Mais ce n'est pas moi qui vous y ai…

La Sorcelame s'interrompit brusquement en entendant des bruits de pas précipités. Elle se retourna et vit sa sœur foncer vers elle.

- Baisse toi ! cria-t-elle à sa soeur. Eglantyne plongea au-dessus de sa soeur, la rapière à la main.

Tsuro, observant sa jeune élève ne pouvait la laisser dans cette situation. Profitant de l'agitation du combat, il fit le tour et grimpa sur l'arbre auquel le filet était attaché. Le vieux traqueur escalada sans bruit les branches et se retrouva nez à nez avec une créature verte qui la regardait avec de grands yeux.

- SSsssSss pas touche vilaine mouche ou gare à ta bouchheee !

Tsuro sauta et mis un violent coup de pied qui fit chuter Granderage qui se réceptionna sans mal sur ses pattes reptiliennes avant de mettre les voiles. Le traqueur coupa la corde tout en effectuant un bond vers le sol, fit une roulade et se retrouva contre Granderage.

- Je ne sais pas qui tu es, mais tu vas avoir de sérieux problèmes.

Granderage ne répliqua pas, car elle préparait un mauvais coup. Elle l'occupait le temps nécessaire pour que Ergue puisse frapper vite et fort. Mais on apprenait pas au vieux singe à faire la grimace. Et surtout, Amaya venait de se libérer et sauta sur Granderage au moment même ou Ergue passa à l'action, laissant son plan tomber car cela ne se passait vraiment pas comme il le souhaitait. Le chasseur lança son étrange arme en forme de cercle vers le traqueur qui eu juste le temps d'esquiver l'attaque.

Eglantyne et Moîra se relevèrent. Dans leur chute, elles avaient vraisemblablement atterrit sur quelque chose caché dans un fourré. Des bruits sourds commencèrent alors à s'en échapper. Une énorme créature à la peau bleue en sortit. Soriek s'élança vers les deux soeurs. Eglantyne engagea alors une attaque rapide, mais la créature para les coups de son adversaire. Cependant, arrivant de nulle part, Aez brandit son fléau pour protéger ses alliées et envoya valser Soriek…


Retrouvé toutes l'histoire Tombée du ciel sur le wiki officiel : Tombée du ciel



Dernière édition par Laharl le Sam 21 Aoû - 12:48, édité 3 fois

2 Re: [Histoire] Tombée du ciel le Ven 28 Mai - 15:33

Shizukan

avatar
Admin
Admin
Tombée du ciel, cinquième évènement : Exécution


Alors que les premiers affrontements avaient lieu, à la frontière entre le Tombeau des Ancêtres, la Draconie et les Sept Royaumes, Dame Jeanne était depuis quelques temps déjà à la tête d'une mission au temple de Precadès. A la fois couvent, auberge et hospice, le temple était en permanence fréquenté par des voyageurs ou par les habitants des environs venus se faire prodiguer des soins ou simplement passer une nuit avant de reprendre la route. En effet, les nones de Précadès étaient reconnues pour leur foi sans faille à leur divinité : la déesse Méra. La jeune femme avait grandi en ces murs, aimée par ses sœurs. Elle suivait la voie qui lui était destinée, venir en aide à son prochain. Elle avait trouvé sa place dans ce monde souvent hostile...

- Jeanne...

La jeune femme était en train de prier dans une petite salle voutée où elle aimait se réfugier de temps à autre. La voie était celle d'une femme. Elle était douce et chaleureuse mais totalement irréelle. Son sang ne fit qu'un tour, la présence qu'elle ressentit lui était déjà très familière, mais jamais Méra n'intervenait directement dans la vie de ses servants. Elle ne bougea plus d'un pouce de peur que la présence ne s'en aille.

- Jeanne... Je suis ton existence avec beaucoup d'intérêt...

Cette révélation serra fort le coeur de la jeune femme, des larmes coulèrent sur ses joues rougies par les émotions. Elle ne pipa mot.

- Jeanne... une épreuve t'attend là où est tombée la pierre. Va ma fille et n'oublie pas que je suis toujours avec toi.

Elle remercia le ciel de cette attention. Mais Dame Jeanne ne s'attendait pas à ce que cette épreuve vienne aussi rapidement...

- Adieu ! la voie du Traquemage était étrange, comme modifiée par le masque qu'il portait.

La pauvre femme passa de l'intense joie d'avoir communié avec sa déesse à la peur du Traquemage, ce dernier s'étant fait une réputation depuis bien des années par ses exécutions sommaires et ses assassinats spectaculaires. Il appuya sur la gâchette, mais le résultat ne fut pas celui attendu. Un mince voile de lumière entoura la silhouette généreuse de Jeanne et le rayon projeté par le pistolet rebondit alors sur la protection et vint percuter l'épaule de l'assaillant.

Les règles du Traquemage était strictes, si jamais une exécution tournait mal, la solution était le repli. Ni une ni deux, il passa au travers d'un vitrail dans un fracas qui attira l'attention des pèlerins présents. La situation empirait pour le Traquemage. Les rares personnes à l'avoir jamais vu étaient soit mortes soit proches de l'être.

- Suis-le, Jeanne !

La voie de Méra résonnait dans sa tête. N'étant pas très agile, elle courut comme elle pu pour sortir du temple. Les personnes présentes comprirent rapidement ce qui venait de se passer car la jeune femme brillait encore du halo divin. Ils lui firent signe et lui montrèrent le chemin qu'avait prit l'assassin. Tout était confus en elle. Des tas de questions lui venaient, mêlés à son excitation et à la peur. La trace était facile à suivre. Il y avait de nombreuses tâches de sang qui la menèrent dans le Tombeau des Ancêtres. Au loin, la tempête provoquée par Marlok déversait sa rage et, hélas pour Dame jeanne, le Traquemage fonçait tout droit dans cette direction.

La blessure de ce dernier semblait plus grave qu'il ne l'avait pensé.

- Je dois trouver l'autre, il m'aidera à arrêter l'hémorragie et dissipera cette maudite théurgie qui me ronge.

Son costume était brûlé au niveau de son épaule droite et une partie de son casque était brisée, laissant échapper une chevelure longue et brune...

http://eredan.forumactif.org

3 Re: [Histoire] Tombée du ciel le Ven 4 Juin - 17:18

Laharl

avatar
Admin
Admin
Tombée du ciel, sixième évènement : Vengeance



Il n'en fallait pas plus pour que les Envoyés de Noz'Dingard et la Kotoba ne se jettent dans une bataille. La tempête avait servi de prétexte aux deux camps pour s'accuser l'un l'autre. Le campement des Draconiens fut ravagé en peu de temps par la fureur de cette haine ancestrale. Mais, plus la bataille avançait et plus Prophète sentait que cette tempête n'était pas l'œuvre des étrangers de Xzia. La magie employée ressemblait à celle que maniaient certains apprentis de Noz'Dingard. Il décida de mettre fin aux intempéries afin que la magie de Dragon ne soit plus perturbée. La pluie cessa, le vent se tut et l'incontrôlable magie se dissipa.

C'est ce moment précis qui donna l'occasion à Aku de se libérer du sceau qui retenait sa fabuleuse puissance. La fine feuille de papier bloquant la magie d'Aku se déchira et brûla d'un coup. Aussitôt, il convoqua Akujin qui miaula de plaisir en le revoyant. Et pour cause, le Cherchefaille avait l'emprise sur Aku depuis le premier jour où leurs chemins s'étaient croisés.

- Nous voilà libre, lâcha le jeune homme avec soulagement.

- Tu crois ça ?

Aku reconnu immédiatement la voix de son ancien maître. Toran était là devant lui le fixant de ses yeux vengeurs. Il y eut comme un moment hors du temps où maître et élève se jaugeaient, puis Akujin ouvrit les hostilités et força Aku à se joindre à lui pour devenir Akutsaï. Toran attendait ce moment depuis des années. Il allait enfin venger les siens tués par son arrogance et son ignorance. Les tatouages du vieil homme commencèrent à bouger puis sortirent de son corps dans une apparition spectrale. Les deux Tsoutaïs se lancèrent l'un contre l'autre, s'échangeant de puissants coups, se poursuivant au travers du Tombeau des Ancêtres. Mais Akutsaï n'arrivait pas à prendre le dessus sur son maître. Le fait que ce dernier ait deux Cherchefailles faisait de lui un adversaire à sa hauteur. En dehors des traqueurs de Xzia, personne ne l'avait jamais mis en défaut et surtout pas les Tsoutaïs. Akutsaï se cacha dans les ruines même du Tombeau des Ancêtres, une ancienne ville de l'Empire que les affres de la guerre avaient entièrement ravagée. Toran avait tout prévu. Son plan était infaillible et sa vengeance serait implacable. Il avait poussé son ancien élève à le suivre là où il le voulait. Il avait préparé un antique rituel Tsoutaï qui avait servi à vaincre autrefois Akujin. Tout se passa pour le mieux du monde. Il s'était entraîné depuis des années dans l'attente de cette confrontation. Il avait poussé à son paroxysme l'art ancestral des Tsoutaïs. Les meilleurs ennemis se retrouvèrent au centre du village en ruine. La nuit tombait lentement et plusieurs heures s'étaient écoulées. Toran fit croire à son ancien élève qu'il était désormais trop faible et s'agenouilla à quelques mètres de lui.

- Hahahaha ! Le puissant Toran est à mes pieds. Qu'est-ce que cela fait de savoir que tu vas rejoindre tes chers amis ? Te sens-tu libéré ?

Toran plissa les yeux et fixa Akutsaï.

- Libéré ? Oui, bientôt. C'est surtout Aku que je vais libérer.

Alors que la nuit étendait son manteau de noirceur sur le Tombeau des Ancêtres, apparurent autour des deux Tsoutaïs des formes évaporées, pâles comme des fantômes.

- Tu les reconnais ? Ils sont venu pour toi Akujin, ils sont venus me donner la force de réaliser mon vœu le plus cher. Dans ta fureur et ton emprise sur Aku, tu ne fais plus appel à ses connaissances. Regarde le sol.

Akutsaï reconnut effectivement ceux qu'il avait tués quelques années auparavant. Le sol se mit à luire, dessinant des formes complexes. Mas il n'eut pas le temps de se questionner d'avantage. Les deux Cherchefailles plantèrent leurs crocs dans les bras du monstre, un de chaque côté. Toran commença alors le rituel et psalmodia d'antiques prières. La magie immobilisa Akutsaï qui commençait à ressentir une intense douleur. Puis les Cherchefailles tirèrent chacun de leur côté comme s'il voulaient déchirer une feuille de papier. La douleur était trop forte. Il comprit alors ce qu'il se passait. Après quelques minutes, les deux entités étaient de nouveau séparées. Aku tomba au sol, évanoui. Quant à Akujin, il luttait à présent pour se libérer de l'emprise de Toran.

- Akujin, je te banni de cette terre. Ne pouvant te tuer je vais t'enfermer à jamais. Je brise ainsi l'emprise que tu as sur Aku.

Le vieil homme déroula un parchemin où des milliers de symboles avaient été dessinés. Ces derniers se mirent à émettre une lueur rouge. Akujin disparut, aspiré par le parchemin. Toran s'inclina devant les fantômes qui s'étaient entre temps placés en cercle autour d'eux.

- Merci à vous, vous pouvez enfin reposer en paix, vous êtes vengés.





Tombée du ciel, septième évènement : Le Monstre



Les combats mettaient à sac la Forêt des Murmures. Ergue et ses acolytes étaient tenus en échec par la coalition de fait de Tsuro, Amaya, Eglantyne et Moîra. Le vent arrachait branches et feuilles, réduisant la visibilité des combattants.

Acculés, les Combattants de Zil ne comptaient plus sur l'effet de surprise mais sur l'étonnante faculté du chasseur. Ergue attrapa une bourse de cuir souple et détacha précipitamment la cordelette usée par le temps. S'en extrait alors une poudre blanche qui au contact de l'air se forma en brume et commença à se répandre comme si elle voulait occuper tout l'espace qu'on lui donnait.

A ce moment-là, le vent se tut et le soleil perça les cimes des arbres de ses rayons. Très vite, la brume monta, gênant la visibilité des traqueurs et des Sorcelames qui cherchaient leurs adversaires. Pendant ce temps, Ergue avait entamé comme une sorte de rituel, une litanie aux sons exotiques. Il était l'un des rares à connaître ce secret gardé par les habitants d'une lointaine île. Des bruits de tambour se firent entendre, d'abord sur un rythme lent, puis de plus en plus rapidement.

Moîra et Eglantyne ressentaient que quelque chose d'anormal se passait. Une magie étrange était à l'oeuvre et cela ne leur plaisaient pas. Quant aux traqueurs, dès l'apparition de la brume, ils s'étaient tous deux mis dans une position martiale et faisaient des signes en répétant les mêmes mots dans leur langue natale. Visiblement, eux aussi se doutaient d'une entourloupe de la part de leurs agresseurs. Et ils avaient raison. Ergue, à l'abri des regards ennemis accomplissait une danse particulière. Soriek et Granderage ne bougeaient pas d'un poil alors que le chasseur leur tournait autour. C'est alors que toute la brume se retira tout comme elle était apparue et ceux qui tendaient l'oreille auraient entendu comme des mots dans un dialecte très primitif. Elle se concentra alors autour des Combattants de Zil, les rendant invisibles aux yeux des observateurs extérieurs. Enfin, elle disparut et en lieu et place des trois acolytes, il ne restait plus qu'un monstre, un hybride parfait, colosse immense à la peau parfois verte, parfois bleue, aux griffes tranchantes arborant la corne de Soriek.

- Et maintenant place au spectacle !!! S'exclama la chose d'un mélange de trois voix. Elle bondit, déracinant les jeunes arbres comme s'il s'agissait de simples brindilles. Ses adversaires entendirent les craquements des branches cassées.

- Préparez-vous, ce qui arrive est puissant. Amaya, Kaïdan !

La jeune femme regarda son maître avec étonnement et réagit d'un coup. Un masque de couleur rouge assez effrayant apparut dans sa main. Elle le plaça instinctivement sur son visage avant de disparaître.

Les Sorcelames aussi réagirent prestement. Moîra se plaça devant sa soeur et commença à incanter un enchantement pour son arme. Sa sœur, elle, entama une sorte de prière.

- Ô Dragon, accorde à tes servantes le pouvoir nécessaire pour vaincre. Fait que l'esprit de ma sœur et le mien soient en harmonie.

C'est alors que la créature arriva à leur niveau. Le monstre s'arrêta net devant la petite assemblée.

- HAHAHAHA ! Vous auriez dû fuir pendant que vous le pouviez encore !!! Vous êtes perdus !

- Que tu crois ! S'écria Tsuro. A son tour, un masque apparut dans sa main. Le traqueur s'en équipa et s'élança vers la créature.

Le combat s'engagea, mais cette fois-ci l'intensité était toute autre ! Ce qui était jusque là une simple escarmouche se transforma en véritable bataille où les vies étaient désormais en jeu. Le sang ne tarda pas à couler. L'offensive de l'Abomination était redoutable. Les coups assénés par Tsuro et Moîra semblaient n'être que des piqûres de moustique. Rapidement, le monstre prit le dessus. Moîra, pourtant endurante était à bout de souffle. Tsuro quand à lui déployait tout son art de traqueur, mais hélas sa spécialité étaient la neutralisation de mages, pas l'affrontement contre les monstres.

Quelques minutes plus tard, les protagonistes étaient au bord de la rupture. Blessés et fatigués leur moral coulait à pic.

- Eglantyne... tu y arrives ???!! Il va nous faire la peau ! Moîra sentit une énergie familière, celle de Dragon. Ses blessures se refermèrent. Sa volonté et son courage de venir à bout de cette abomination furent ravivés. Eglantyne se posta à côté de sa sœur, un dragon de fumée bleue s'entoura autour d'elles. Leurs rapières flamboyèrent d'un feu bleuté et étaient aussi légères qu'une plume. Les demoiselles se jetèrent sur le monstre qui hurla à chaque estafilade.

De son côté, Amaya aussi avait fini sa préparation. Elle avait gravé des symboles traqueur sur les arbres des alentours. Elle fit signe à son maître et ce dernier se mit en position d'attaque. Un idéogramme dans un cercle apparut sur le sol au-dessous de lui. Le symbole palpita quelques secondes et disparut d'un coup. Le vieil homme frappa l'abomination avec une vitesse incroyable. Chaque coup porté fit mouche. Le monstre attrapa Eglantyne par le pied, la souleva pour la jeter sur le traqueur qui esquiva. Folle de rage, Moîra enfonça la lame de son épée dans le dos du monstre qui hurla de douleur. Tsuro en profita alors pour utiliser une technique particulière héritée des grands maîtres de sa famille. Il toucha plusieurs points névralgiques en priant que cette créature soit constituée comme un humain classique. Et, par miracle, cela fonctionna. L'abomination tomba raide au sol, une brume blanche s'échappa d'elle et réapparurent en lieu et place les trois Combattants de Zil...







Tombée du ciel, huitième évènement : La mort de Prophète chapitre 1



La nuit avait recouvert le Tombeau des Ancêtres de son manteau de ténèbres. Les Envoyés de Noz'Dingard et la Kotoba s'étaient retranchés chacun de leur côté. L'art ancestral du maniement des armes faisait jeu égal avec la magie. Les combats avaient duré toute la journée. A présent, le calme revenait sur la région. Ou presque. Car dans l'ombre des plans s'ourdissaient...

Les mots raisonnaient dans la tête de Télendar et de ses acolytes. L'ordre était simple : tuer Prophète. L'homme mystérieux ne les avait pas choisi par hasard, sélectionnant des êtres sans remord, spécialistes de l'assassinat et des coups fourbes. Le chef des Combattants de Zil avait tué à de nombreuses reprises, prenant un plaisir non dissimulé à chaque fois.

Cette fois le plan était simple : diviser pour mieux frapper. La première partie avait fonctionné avec succès. Ergue, Soriek et Granderage avaient été envoyés pour créer une diversion. Pendant ce temps, Télendar en avait profité pour analyser ses ennemis et connaître toutes leurs faiblesses. La Kotoba ne serait pas un danger si loin du lieu du crime, Gakyusha préférant monter un camp de l'autre côté de la pierre tombée du ciel.

- Ma chérie, on va bien s'amuser. L'enthousiasme de Silène fit sourire sa soeur.

- J'espère bien, on s'ennuie un peu depuis que nous sommes arrivés. Télendar nous a promis de l'action.

Le jeune homme se gratta l'arrière de la tête.

- Ah ? J'ai dit ça moi.... Oui, vous avez raison. Si tout se passe selon mes plans, ce soir va être un grand soir pour les Combattants de Zil. Nous allons montrer à tous qui nous sommes et que nous valons bien mieux que ces fausses guildes ! N'oubliez pas, vous devez les attirer le plus loin possible le temps que j'accomplisse ma tâche. Marlok ne devrait pas tarder à lancer son offensive.

Les deux Guémélites répondirent en coeur un « Oui chef ! » des plus joyeux. Aussitôt Télendar disparut dans des volutes de fumée. Les soeurs, quant à elles, se mirent à courir en direction du camp des Envoyés.

Ces derniers s'étaient retranchés dans ce qui restait de leur campement, en partie mis à mal par la tempête. Les voiles des tentes claquaient au vent et la plus part de leurs affaires étaient éparpillées dans la boue.

Le jeune Pilkim commençait déjà à ramasser ses précieux rouleaux. Bien qu'admis dans cette guilde depuis peu grâce à ses facultés magiques incroyables, il n'en restait pas moins un jeune étudiant et cette jeunesse était pour lui une faiblesse. Il suivit les parchemins qui s'étaient envolés en dehors du camps. Il n'était pas vraiment attentif à ce qu'il se passait autour de lui, perdu dans ses pensées. Il finit par ce cogner dans un rocher.

- Aïïeuuhh ! Lâcha-t-il, surpris. Qui m'a mis un truc...

Il s'arrêta net lorsqu'il vit de quoi il s'agissait vraiment. Un énorme golem de cristal vieux et sale.

- Waouu ! S'extasia Pilkim ! Un golem... de cristal...

Le jeune garçon se mit tout de suite en garde, sentant que quelque chose clochait. Et pour cause. Une personne arrivait dans son dos.

- Salut petit, t'es perdu ?

Pilkim se retourna pour faire face à celui dont la réputation n'était plus à faire : Marlok, le traitre. Immédiatement le jeune mage lança un sortilège de rempart de glace pour faire barrage à Marlok et à son golem et, ce, avant de s'enfuir sans attendre son reste.

Il cria suffisamment fort en gesticulant pour que tous les Envoyés l'entendent.

- AAAAHHH Y A MARLLOOOOKKKK !!!

C'est à ce moment précis que Silène et Sélène attaquèrent à la surprise générale, suivies de prêt par Marlok et son golem. L'effet attendu eu lieu, un chaos total régnait sur le campement ! La rage des sœurs et la puissance du mage exilé désorganisa les troupes draconiennes. Anryéna repéra très vite son ancien apprenti et prit sur elle de le remettre à sa place. Le mage Zil voyant la descendance de Dragon arriver vers lui recula doucement, gardant en tête que le but était de les éloigner de la cible.

De leur côté, les sœurs étaient aux prises avec Aerouant, Alishk et Pilkim. Les sortilèges fusaient de toutes parts sans parvenir à toucher les Guémélites, habituées à affronter des mages. Ils dévastèrent le campement qu'ils venaient juste de remettre en ordre, en ajoutant cette fois des flammes ravageuses. Après quelques échanges, les mages de Noz'Dingard s'organisèrent et prirent le dessus. C'est à la faveur de la nuit que Silène et Sélène choisirent de mettre un peu de piment dans le combat. Depuis toujours, ces deux-là avaient la faculté de se transformer en une seule créature : Ombreuse. La surprise fut de taille tant la créature surprenait par sa dimension et sa formidable apparence. Elle ressemblait à un serpent d'ombre au buste de femme et à quatre bras.

Le chef des Zil, quant à lui, s'était approché de sa proie au moment de l'attaque. Avec dextérité il lui griffa le dos, non pas pour le blesser mais pour attirer son attention. Une fois le coup donné, l'assassin Zil recula de façon à attirer Prophète dans ses filets.

- Évidemment, les charognards ne sont pas loin ! Je reconnais bien là la bassesse des Zil !

Le maraudeur ne répondit que par une attaque rapide puis un recul. Cela énerva un tant soit peu le mage Noz qui commença à incanter de puissants sortilèges. Mais Télendar ne se laissa pas avoir et esquiva à chaque fois, faisant toujours face à son adversaire. Ce petit manège dura le temps nécessaire à la mise en place du traquenard. C'est dans un endroit presque clos que se passa l'un des drames qui allait changer à jamais le destin des Combattants de Zil et des Envoyés de Noz'dingard.

- Tu es fait, comme le rat que tu es ! Jeta Prophète satisfait de sa prise.

- Tu crois ?? Le sang de Dragon coule en toi et te remplit d'orgueil...

La voix provenait de quelqu'un surplombant la scène, habillé de noir.

- Toi ! Cria le mage avec rage, je croyais les gens de ton espèce disparus à jamais.

- Il ne faut jamais dire jamais...

L'inconnu laissa tomber une gemme et Télendar la ramassa rapidement. Prophète ouvrit de gros yeux à la vue de cette chose.

- Je vois que tu as compris, demi dragon, que pour toi la mort est la seule issue.

Télendar frappa de toute ses forces. Prophète riposta avec ses plus puissants sortilèges d'éclairs mais la pierre autour du cou de son adversaire le protégeait. Vint alors le moment fatidique où les griffes du maraudeur se plongèrent dans le poitrine du mage. Le sang coula...




Tombée du ciel, neuvième évènement : La mort de Prophète chapitre 2



Sous le regard de l'Inconnu, Télendar jeta le corps de Prophète au sol et l'acheva en lui plantant une griffe dans la gorge. Ainsi périt Prophète.

- Tu fus autrefois un adversaire plus vaillant que cela, se vanta l'Inconnu.

Le Dragon sentit la rupture soudaine entre son Prophète et lui, le blessant profondément. Tous les Envoyés de Noz'Dingard surent que quelque chose de grave venait de se passer. La pensée semi-collective avertit tout le monde de la disparition de leur dirigeant. Anryéna fut la première à réagir. Son premier sentiment ne fut pas la tristesse, mais la colère.

- Qu'avez vous fait maudits Zil !!!???, hurla-t'elle avec rage. Qu'avez vous fait !!!??

Son apparence changea. Ses traits humains devinrent reptiliens. Des ailes percèrent ses vêtements en haut de son dos. Aussitôt, Kounok se transforma en un draconoïde de grande taille, lui aussi dans une rage non feinte.

- Vous allez payer !, cracha-t'il avant de se jeter sur Ombreuse, aidé de Pilkim dont les larmes coulaient sans qu'il n'ait pu les retenir.

Aerouant mit un certain temps avant de se ressaisir. Outre le lien filial, il était lié à son père car lui ressemblant énormément. C'était lui qui l'avait initié à la magie de Dragon et à la cristalomantie dans laquelle il excellait. Son coeur se serra lorsqu'après un rapide coup d'oeil autour de lui il ne vit pas Prophète. Tout cela n'était pas un rêve. Et là, à son tour, il explosa. Faisant appel à toute la magie qui l’imprégnait, il souhaita être auprès de son père. La voix ancestrale de Dragon résonna dans sa tête : « Exaucé ».

Instantanément, il se retrouva sur le lieu du crime. Prophète gisait là sans vie. Il serra alors son père dans ses bras avec tout l'amour qu'il avait pour lui. Il ne retint pas se larmes.

- Mais qui voilà, le fils fils à son papa, ricana Télendar.

- Débarrasse-nous de ce gêneur, ordonna l'Inconnu.

Le jeune homme ne répondit pas et fixa l'assassin. Il laissa éclater sa colère dans un attaque fulgurante. Des cristaux apparurent sur les poings du mage, puis une armure protégea son corps. Télendar fut très surpris de cela. La pierre-coeur noircie ne le protégeait que des sortilèges qu'on lui lançait. Ce mage de Noz'Dingard était bien différent de Prophète. De son côté, Aerouant n'avait plus qu'une seule chose en tête : faire mordre la poussière à cette ignoble créature. Mais le bougre savait se battre et il n'avait pas l'avantage. Le jeune homme vit alors la pierre accrochée à la cordelette autour du coup de Télendar, et tout s'éclaira. Une pierre-coeur noircie ! Il n'en avait jamais vu, mais grâce à ses talent de cristalomancien, il pouvait faire quelque chose. Il fit appel à la puissance des lieux. Alors des cristaux effilés et gigantesques sortirent du sol dans un tremblement sourd. Télendar savait que son adversaire préparait quelque chose contre lequel il ne pourrait probablement rien. L'Inconnu qui observait jusque là perdit son sourire moqueur et laissa place à une moue d'inquiétude.

Aerouant était un spécialiste des cristaux et des pierres-cœur. Celle de Télendar était visiblement corrompue et il fallait la lui retirer. La barrière de protection cristalline protégeait Aerouant. Il capta la magie contenue dans les cristaux qui se désagrégèrent puis se concentra sur la pierre-coeur noircie. Le chef des Zil hurla de douleur tenant la pierre comme s'il s'agissait effectivement de son coeur.

- Je vais te libérer de l'emprise de l'insidieux et tu paieras pour ton meurtre !

L'Inconnu s'élança vers Télendar et lui arracha la pierre-coeur des mains. D'un revers de sa main libre, il incanta rapidement un puisant sortilège d'ombre les plongeant dans d'impénétrables ténèbres. Peu de temps après, l'ombre se dispersa. Hélas pour Aerouant, ses adversaires n'étaient plus là.

- Lâches, les Envoyés vous retrouveront où que vous soyez !!!

Les ennemis partis, la colère céda la place à la tristesse. Anryéna, qui venait d'arriver après s'être défoulée sur Ombreuse, était penchée sur le corps de son enfant et lui caressa amoureusement la tête.

- Je te ramène auprès de Dragon mon enfant, ton esprit et ton corps ne feront qu'un avec lui. Aerouant, le temps qu'un nouveau Prophète ne s'annonce, tu prends la tête des Envoyés.

Un halo de lumière bleue se propagea autour d'eux, puis ils disparurent, laissant les Envoyés de Noz'Dingard sans chef et un Aerouant rongé par la tristesse, la colère et le doute.

Au loin, Tsuro et Amaya avaient discrètement suivi toute la scène et firent leur rapport au Seigneur impérial.

- Seigneur, le chef des Envoyés de Noz'Dingard est mort, assassiné par un félon Zil.

Gakyusha but une gorgée d'un alcool xziarite et sembla songeur.

- Les Envoyés n'ont plus de chef, nous pouvons considérer que la pierre est à nous. Mais cela m'attriste que Prophète soit mort ainsi, par traitrise. Honorons sa mémoire car c'était un adversaire des plus valeureux.




Tombée du ciel, dixième évènement : Chronique du Roi



Je suis Aez, autrefois j'étais le prince d'Avalonie, aujourd'hui je suis roi. Mais, durant un temps, j'ai erré comme une âme en peine, en proie à une soif infinie de vengeance.

Comme je vous le disais, je suis né premier fils de Mirion et j'étais destiné à lui succéder le moment venu. Hélas, un tragique événement m'empêcha d'accéder au trône. Il y a quelques années, comme tous les princes des 7 royaumes, je me devais de séjourner pour 2 ans dans une des familles royales. J'avais choisi de faire cet apprentissage chez les Valdoria avec qui nous entretenions d'excellents rapports. Nos parents respectifs m'avaient d'ailleurs promis à Myrie, leur fille cadette. Rien ne pouvait aller mieux que cela. Je faisais pratiquement partie de leur famille et les connaissances acquises étaient précieuses pour mon futur règne.

Mais vint un funeste jour. Alors que je m'entrainais dans la cour du château, un messager arriva au galop. Il portait les armoiries de ma famille. Celui-ci portait une cape noire, signe de deuil. Était-il arrivé quelque chose dans mon royaume ? Le brave homme ne me remarqua pas et fonça directement vers la salle du trône.

Peu de temps après, Myrie arriva en courant vers moi, les larmes aux yeux.

- Aez... Le roi d'Avalonie... ton père.

Elle s'arrêta, tombant en sanglots.

- Et bien ? Parle ! Qu'y-a-t'il ?, lui dis-je le cœur tambourinant.

- Il a rejoint tes ancêtres...

Ce fut là comme un coup de poignard en plein torse.

Je partis immédiatement en Avalonie afin d'en apprendre plus sur toute cette histoire. Ma mère m'accueillit l'air grave et au combien triste. On m'informa donc que mon père, recevant des Xziarites de passage en notre demeure, aurait soi-disant injurié l'Empereur en personne. Il y aurait alors eu un combat entre lui et un jeune guerrier. Ce dernier l'aurait vaincu et mon père de son grand âge n'y aurait pas survécu. Et pour cause, le vainqueur aurait réclamé l'épée des 5 ancêtres comme présent du perdant au vainqueur. Les Xziarites seraient repartis dans la foulée emportant la précieuse lame.

En effet, la coutume voulait que pour devenir roi d'Avalonie il fallait brandir cette épée. L'épée des 5 ancêtres fut forgée il y a plus de deux cent ans par le premier de nos rois. Sans elle, impossible d'accomplir mon destin. Je devais donc me lancer dans une quête pour la reconquérir. Je laissais les rênes du pouvoir à ma mère qui devint régente. Je partis alors à travers le monde à la recherche de ce qui me revenait de droit.

Trois longues années passèrent, trois années de vagabondage et de pistes ne menant qu'à des chemins sans issue. Qui étaient donc ces Xziarites ? J'ai traversé une bonne partie de l'Empire sans que nul n'ait jamais vu l'épée des 5 ancêtres. C'est lorsque je quittai l'Empire que la pierre tombée du ciel s'écrasa non loin de là.

Là-bas, un conflit semblait avoir éclaté entre plusieurs guildes. Je n'avais jamais trop prêté attention à ces groupes jusqu'à ce jour. Mais, est-ce par chance ou qu'enfin il était temps pour moi de prendre ma revanche, je trouvais enfin le voleur d'épée. Mais ce n'était qu'un jeune homme d'une quinzaine d'années. Comment avait-il réussi à défaire mon père ? Je l'observai quelques jours et je compris. Son talent dans l'art de manier les armes étaient impressionnant. Moi-même je n'aurais pu le battre ! Le destin s'acharnait-il sur moi que je ne puisse être à la hauteur de ce Iro ! En plus, il n'était pas seul. Il était entouré de guerriers qui, ma foi, semblaient aussi redoutables les uns que les autres. Néanmoins, n'étant pas un couard, je me présentai à leur chef et je défiai cet Iro. Mais le combat tourna court, j'étais trop lent et trop lourd dans cette armure, mon fléau ne fit que le frôler. Je ne vous raconterai pas cette honteuse défaite.

J'étais désespéré, Avalonie allait devenir à son tour une terre ouverte au Grand Tournoi. C'est alors que j'ai rencontré un individu qui me permit de devenir ce que je suis aujourd'hui. Je me souviendrai toujours de cette conversation.

- Il y a un temps pour tout. Un temps pour la tristesse, un temps pour agir et un temps pour la vengeance.

C'était un étrange petit monsieur, assit sur un drôle d'engin flottant au dessus du sol.

- Qui êtes-vous ?, lui dis je. Vous ne voyez pas que vous m'importunez.

- Si, je le vois. Et je sais ce qui vous chagrine et comment faire en sorte que votre honneur soit rétabli.

A ces paroles, il ajouta le geste en me tendant un objet rond avec des aiguilles.

- Qu'est-ce ?

- Ceci te permettra d'obtenir ce que tu veux. Il va te falloir être malin et bien réfléchir à ce que tu vas faire. Exploite les faiblesses de ton ennemi.

- Pourquoi faites-vous cela pour moi ? On ne se connait pas.

- Je sais bien. Disons que nous ne nous connaissons pas encore. Enfin bref ! En échange de cela, un jour je viendrai te demander quelque chose de très important. Tu te souviendras de la dette que tu as pour moi et tu accepteras.

Tout cela était bien énigmatique. J'en avais vu des choses particulières, mais celle-là dépassait tout. On m'offrait l'occasion de faire mes preuves. J'acceptai.

Aussitôt, les aiguilles de cet objet se mirent à tourner à vive allure et tout se brouilla autour de moi. Je perdis rapidement connaissance. Lorsque je revins à moi, je n'étais plus au même endroit, mais à ma grande surprise dans une grande cité Xziarite qui s'avérait être Méragi la capitale impériale. Pourquoi m'avoir envoyé ici ? Certes, mon adversaire venait de cet endroit, mais il était à des lieues d'ici. Je vis alors un attroupement de personnes qui semblaient fêter quelque chose. Je me renseignai à ce sujet. Il s'agissait du passage de Iro, le champion de l'Empereur, qui venait encore une fois de vaincre un grand combattant. Je cherchai du regard afin de voir s'il s'agissait bien du même Iro et, effectivement, c'était bien lui. Mais son apparence avait bien changé. Il était désormais bien plus vieux que moi. Impossible !

J'essayai de comprendre la situation. J'étais donc à Méragi, probablement dans le futur. Et maintenant, que devais-je faire ? Je me renseignai alors sur cet Iro, car au final je ne savais rien de lui et les renseignements que j'obtins de la population me permirent de préparer ma revanche.

Quelques jours plus tard, j'avais enfin un plan. Je me rendis donc au palais impérial et m'arrêtai devant les gardes.

- Moi, Aez prince d'Avalonie, lance un défi à Iro, champion de sa majesté l'Empereur de Xzia.

Les gardes furent surpris. Puis l'un d'eux s'en alla prévenir qui de droit. Un peu plus tard, un homme, visiblement un servant, vint me chercher pour m'amener dans une grande pièce que je reconnus comme la salle du trône. Je remarquai cependant un fait particulier. Il y avait accroché aux murs de très nombreuses armes, principalement des épées. Mon cœur s’arrêta un instant en voyant la lame de mes ancêtres. Là, au milieu, m'attendait Iro. Nous étions entouré des gens de la cour médisant sur mon compte, me condamnant à une défaite rapide. Visiblement, il ne me reconnaissait pas, à mon avantage.

- J'accepte ton défi, étranger, et j'offrirais cette victoire à l'Empereur. Tout cela devrait être terminé assez rapidement, dit-il avec un sourire qui en disait long. Autour de lui les gens riaient. Puisque je suis le défié, je choisis la lame comme arme pour ce duel.

- N'ayant pas d'épée, puis je me permettre d'en choisir une parmi celles-ci, lui dis-je en montrant les murs.

- Soit, mais elles ne te feront pas gagner, ces lames sont celles de ceux qui ont perdu contre moi.

Nous y étions, sans plus attendre, j'allai chercher l'épée des 5 ancêtres. Le fait de la tenir fut pour moi un bonheur immense. Les ancêtres étaient là, ils m'attendaient. "Venge-toi", chuchotaient-ils. "Venge-moi, mon fils !" Cette voix-là, je ne l'avais plus entendue depuis bien des années.

Galvanisés et confiants, nous allions pouvoir donner du spectacle à ces braves gens. Iro, de son côté, se battrait sans aucune armure, juste avec deux sabres. Il s'élança avec dextérité, mais cette fois-ci la situation était différente. Je connaissais certains de ses coups et, surtout, j'avais l'épée. Je parai ses coups. J'étais un roc imperturbable. De son côté, mes quelques assauts étaient évités.

- Eh bien voilà un adversaire à ma mesure !

Il changea alors de position et plaça ses sabres de façon parallèle. Un vers moi et pointant le deuxième dans l'autre direction. Une technique de combat ! Je serrai alors mon épée avec force en murmurant des prières à mes ancêtres. La lame commença à émettre une lueur verte, puis en jaillirent des éclairs de la même couleur. Iro me fonça dessus, et à mon tour je m'élançai, criant avec toute la rage que j'avais contenue jusque-là. Une grande lumière verte aveugla tout le monde et lorsque nos yeux se furent remis, Iro était à terre. J'avais gagné. Mon bouclier était coupé en deux. Mais, un de ses sabres était brisé.

Je me tournai vers lui et lui dit ceci :

- Je suis Aez, roi d'Avalonie, et tu vivras à tout jamais avec la honte de cette défaite.





Tombée du ciel, onzième évènement : Le Sceau



Autre temps, autre lieu.

Le roi Gaumatta avait trépassé, laissant Yses dans le chaos d'un Grand Tournoi. A quelques lieues de la capitale, Guedenot rentrait d'une tournée des marchés de la région pour vendre le peu de récoltes qui lui restait après les différentes taxes. Chemin faisant, au détour du bois de Moshat, le marchand entendit du bruit dans sa carriole. Il découvrit deux créatures habillées de haillons, aussi faméliques l'une que l'autre. Le marchand, considéré comme quelqu'un de très dur en affaire, n'avait jamais laissé quelqu'un dans le besoin, qu'il soit humain ou non, et humains, ces deux là ne l'étaient pas.

- Et bien que voilà ? Guedenot s'approcha pour mieux voir de quoi il retournait. Ça alors, des créatures de la forêt, on en voit rarement par ici. Approchez que je vous vois mieux.

Bien qu'apeurées, les deux créatures se découvrirent plus, laissant leurs traits se dessiner au soleil faiblard de l'automne.

- Bon sang, vous êtes deux petits épouvantails. Vous avez quel age ? Vous venez d'où ? Vous me comprenez au moins ?

Le plus gros des deux était un Hom'chai au regard craintif, quand à l'autre il s'agissait d'une Elfine, plus petite que son compagnon, elle avait de long cheveux et serrait quelque chose entre ses frêles petites mains.

- Bon je vais vous ramener chez moi, je peux pas vous laisser ainsi. Cachez-vous là dessous, dit-il en montrant une couverture.

Ils ne demandèrent pas leur reste et se faufilèrent pour n'être plus que deux bosses sous la laine. Le marchand parcourut les quelques lieues le séparant de son village en pensant à ce qui allait advenir de ces deux voyageurs. Dans cette partie du royaume les superstitions étaient légion et le racisme envers tout ce qui était non humain très fort. En arrivant, la nuit tombait sur la quinzaine d'habitations qui composaient le village d'Herberonde. Niché au creux d'une forêt, les habitants étaient pour la plupart des bucherons ou des récolteurs de Sèvemiel. Tout ce qui venait de l'extérieur était perçu avec appréhension de crainte de voir arriver des malheurs dans la petite communauté.

Guedenot plaça sa carriole de façon à faire rentrer les enfants dans la grange sans que quiconque ne puisse les voir. Il les cacha entre deux ballots de paille.

- Ne bougez pas de là, je reviens, vous avez compris ? Ne sortez surtout pas.

Les enfants se blottirent l'un contre l'autre, jetant des coups d'œil sur leur nouvel environnement. Le marchand alla jusqu'à sa maison où son épouse et ses deux enfants attendaient impatiemment son retour. Il fut accueilli comme il se devait après plusieurs semaines d'absence par la joie des retrouvailles. Il expliqua ensuite sa rencontre avec ses passagers clandestins et annonça qu'il souhaitait leur venir en aide.

- Mais tu n'y penses pas ! Tu te rends compte des risques que cela comporte ??

- Bien sur que je sais, mais se sont des enfants, Mewëen, des enfants ! Tu veux les abandonner à leur sort ?

La femme de Guedenot hésita un long instant, puis se retourna brusquement pour se rendre à la cheminée. Elle plongea son regard dans les flammes crépitantes en songeant que oui, elle ne pouvait laisser des enfants ainsi, fussent-ils non humains.

- Très bien, allons voir à quoi ressemble nos invités.

Depuis ce jour là les deux Eltarites, car c'est ainsi qu'étaient nommées les créatures des forêts devinrent les nouveaux membres de la famille de Guedenot. Les habitants du village bien que très craintifs au départ furent vite pris d'affection, et le temps poursuivit son interminable course...



Quelques années plus tard.

La constitution des Hom'chaïs et des Elfines était incroyable. Les deux enfants grandirent à une vitesse fantastique atteignant pour l'Elfine la taille d'une adolescente, et l'Hom'chaï dépassait déjà la plus part des plus robustes bucherons. C'est tout naturellement d'ailleurs qu'il avait trouvé une utilité dans ce métier là. A cette époque là on les appelait Elaine et Gaherhis, deux prénoms typiques de cette région d'Yses. Ils avaient appris les us et coutumes et la langue pour s'intégrer au mieux mais certaines personnes semblaient ne jamais vouloir les approcher ou leur parler. Mais cela ne les gênait pas, ils avaient compris qu'ils n'étaient de toute façon, pas chez eux, et ne le seraient probablement jamais.

Un beau matin de printemps, alors que des festivités étaient préparées en l'honneur d'un mariage, un homme important arriva avec deux chevaliers. Il s'agissait du seigneur de ces terres, qui de temps à autres inspectait ses villages. C'est le hasard qui l'amenait là, c'est ce même hasard qui le fit rencontrer les deux adoptés. La réaction fut immédiate. Le seigneur devint furieux que ses villageois ne l'ai pas prévenu et voulut châtier le chef de village et Guedenot. Elaine et Gaherhis s'interposèrent, les chevaliers réagirent vite et molestèrent les Eltarites. L'Hom'chaï fut gravement blessé au visage, l'Elfine se mise en colère et tua le fautif avec son étrange lame d'ambre. Cet objet particulier avait grandi en même temps qu'elle et ce qui n'était qu'un simple couteau à son arrivée, ressemblait maintenant à une belle épée courbe. Au contact du sang de son adversaire, la lame se teinta de rouge à son grand étonnement.

Tout cela tourna très vite en cohue générale, Elaine avec l'aide de Mewëen trainèrent Gaherhis en dehors du village pour panser ses plaies. Hélas pour lui, il garderait de profondes entailles pour le reste de sa vie. Au cœur de la forêt, le hasard frappa encore à la porte des Eltarites. A deux lieues des évènements tragiques une petite troupe de saltimbanques s'était installée là. Mewëen les implora de prendre soin d'eux car désormais, ils ne pouvaient plus résider au village.

C'est ainsi qu'ils rejoignirent les combattants de Zil.



Aujourd'hui.

Après la venue de l'Inconnu, les deux compagnons avaient suivi les autres combattants de Zil. De leur nature d'Eltarite ils résistaient mieux à la folie qui emportait les Zil. Peu avant leur arrivée au Tombeau des ancêtres ils décidèrent de se séparer du groupe et de faire un crochet par la grande forêt au nord. C'était l'un des rares endroits non visités jusque là et les légendes racontaient que des créatures de la forêt y vivraient.

Abyssien les avait pourtant prévenu que la recherche des leurs pouvaient les mener à des déceptions. Grandir dans la société des hommes les avait plongé dans une culture très différente de celle qui aurait dû être la leur.

La nuit tombait sur leur campement de fortune, au loin la lumière émise par la pierre Tombée du ciel éclairait faiblement les nuages bas. Sangrépée et Sanvisage étaient perdus dans leurs pensées, les yeux dans le vague. Le silence fut coupé par un raclement de gorge. Les deux Zil sursautèrent.

- Je... je suis désolée de vous déranger. Je suis un peu perdue...

Sangrépée examina l'arrivante qui avait un aspect assez étrange et surtout le blanc de ses yeux ne trompaient pas, elle était aveugle.

- Puis-je m'installer avec vous et bénéficier de votre présence pour cette nuit ?

Cette rencontre avait quelque chose d'irréel, Sangrépée se demandait comment cette personne était arrivée jusque là, seule et aveugle.

- Et vous avez raison de vous poser de telles questions. Il est vrai que lors de notre dernière rencontre vous étiez très jeune.

- De quoi parlez-vous, rugit Sansvisage, qu'est-ce que vous connaissez de nous ??

- Je connais tout de vous, je sais qui vous êtes, je connais votre histoire.

Sangrépée sorti alors sa lame.

- Alors vous savez que vous allez devoir tout nous dire !

La jeune femme aux cheveux blancs repoussa la lame avec son ombrelle.

- Oui, ne vous en faites pas, je vais vous dire. Dit-elle avec un large sourire. Mais laissez moi m'installer.

- Quel est votre nom ?

- Un nom ? Et bien ici on m'appelle l'Apôtre. Je trouve pas ça très féminin, mais je m'en accommode.

Ce nom ne leur disait rien du tout. Elle s'installa prêt du feu, attendant visiblement qu'on lui pose des questions.

- Qui sommes-nous ?

- Vous êtes les perdus, deux enfants qui ont une destinée importante dans l'histoire de ce monde. Vous descendez d'un peuple secret qui habite cette forêt dit-elle en montrant la direction de leur destination. Mais pour retrouver les votre, il vous faudra d'abord trouver comment rentrer sur le territoire Eltarite.

- Vous avez dit que vous nous avez déjà croisé avant. Dites-nous en plus.

- Je vois que vous êtes vive d'esprit, oui je vous ai croisé, c'est moi qui vous ai placé sur la route de Guedenot, vous vous souvenez de lui ?

- Bien sur que oui !! S'exclama Sansvisage de sa forte voix enrouée.

- Pourquoi ne pas nous avoir recueilli ou ramené chez les nôtres ?

- Et être élevés par une aveugle ? Allons, je ne pouvais pas.

- Admettons. Donc vous nous parliez des nôtres, vous pouvez nous dire comment rentrer chez nous.

- A vrai dire je pourrais, mais je ne sais pas s'ils souhaiteraient vraiment vous voir revenir, vous êtes très différents des "vrais" Eltarite.

- Il faut savoir, vous nous dites : je vous dirais tout, alors allez-y, de quoi s'agit-il.

L'Apotre marqua un moment de réflexion.

- L'entrée de la forêt est une porte qui en fait se trouve juste à côté d'ici. Personne n'y fait jamais attention car la plus part des gens n'y voient qu'un mur végétal. Seul des gens comme vous peuvent la voir telle qu'elle est réellement et surtout, l'ouvrir.

- Et bien qu'attendons-nous pour y aller ? S'encouragea Sangrépée. Prend tes affaires Sanvisage, nous partons retrouver les nôtres.

Et voilà les deux Zil partis, avec l'espoir de revoir leurs semblables.

- Merci de nous avoir aidé cria l'Elfine qui s'éloignait déjà. Mais par où est-ce exactement ?

- Suivez votre instinct ! Vous trouverez !

Une fois ses hôtes partis l'Apôtre se retrouva seule devant le feu. Une larme perla sur sa joue.

- Pourquoi m'obliges-tu à leur mentir ? Comment veux-tu que je les ramène vers la lumière si je ne leur apporte que mensonge et déception ? Ce que je viens de faire va changer à tout jamais le destin des habitants de ce continent.

Sanvisage et Sangrépée marchèrent une bonne heure dans la noirceur de la nuit, cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas ressenti une telle joie. De longues années de recherches enfin récompensées.Enfin ils arrivèrent devant la porte, immense et majestueuse. Des glyphes descendaient verticalement sur chacun des deux battants qui la composait. A l'approche des Eltarites, les inscriptions se mirent à luire. Instinctivement Sangrépée et Sanvisage se placèrent chacun devant une des lignes de glyphes. Ensemble il posèrent une main sur la première d'entre elles. Un bruit sourd se fit entendre, comme une sorte de "crac", puis la porte s'ébranla...

Les glyphes cessèrent de briller, la porte de l'Infini était ouverte. Elle ne donnait pas sur la forêt, mais sur autre chose. Sangrépée et Sanvisage comprirent vite qu'il ne s'agissait nullement d'une porte vers chez eux...





Tombée du ciel, douzième évènement : L'Appel



La Pierre fendait le ciel à vive allure, sa course effrénée devait se terminer dans le Désert d'Émeraude. Mais tel ne fut pas le cas. Elle vint s'écraser au beau milieu du continent, dans un endroit dit neutre, où de grandes batailles avaient eu lieu autrefois : le Tombeau des Ancêtres. La gemme aussi grande qu'une maison attira l'attention des nations aux alentours. Leurs chefs pensaient tous qu'un grand pouvoir serait accordé à ceux qui en auraient le contrôle. Les premiers affrontements avaient entrainé la mort de Prophète, la trahison de Télendar et la victoire toute relative de la Kotoba...

Le campement des Xziarite était calme. La veille, les membres de la guilde fêtèrent leur "victoire" et l'adieu à un ennemi valeureux : Prophète. Le soleil brillait avec une rare intensité, pas un nuage ne venait tacher le ciel bleu. Asajiro, qui était de garde, surveillait les alentours avec tout le zèle dont il savait faire preuve. Il s'éloigna des ronflements de ses compatriotes, intrigué par cette fameuse Pierre tombée du ciel qui attirait l'attention de beaucoup de monde. Il s'en approcha plus qu'il n'aurait dû. Un énorme rayon de soleil frappa la pierre, aveuglant l'officier impérial par la même occasion. Lorsque cela se produisit, Alishk, alors en méditation, n'en crut pas ses yeux. Le rayon avait frappé la pierre avec une puissance inouïe, mais il ne voyait en cela aucune magie. Il n'avait rien ressenti de tel. Rapidement, il réveilla les autres Envoyés. Aerouant ne dormait pas, incapable d'oublier le malheur qu'il venait de vivre. Lui aussi pressentait quelque chose "d'anormal".

- Tout cela ne me dit rien qui vaille, chuchota le mage du désert.

- Je suis d'accord. A quoi va-t-on être confronté cette fois ?

De son côté, Kryss, qui nettoyait son orgue, resta planté la bouche ouverte en voyant le rayon. Abyssien, qui était à côté de lui, secoua l'épaule de son camarade Zil.

- Et beh ? Ça va pas ? Qu'est-ce que t'as ?

Mais pour toute réponse le musicien montra la pierre tombée du ciel en marmonnant des gargarismes incompréhensibles.

Nassaafaraa oukt naass oukt nassaaafaraaa...

- Entends-tu cette voix Aryhpas ? Elle est très claire et douce.

Saphyra était une jeune femme qui parcourait le monde à la recherche de connaissances sur les différentes croyances existantes. Elle avait entendu parler du culte de Méra et du temple de Précadès et s'y était donc rendue.

- Nan, z'entend rien moua. Quess ça te dit ?

La créature qui venait de parler n'était autre qu'une poupée de porcelaine dont elle en se séparait jamais. Etait-elle vivante ? Elle était persuadée que oui.

- Elle appelle des gens dans un langage bizarre, mais j'en saisis le sens. Des gens vont venir pas loin d'ici. Allons-y vite. Je veux voir qui sont ces personnes.

Nassaafaraa oukt naass oukt nassaaafaraaa...

A des lieues et des lieues de là était le désert d'Émeraude. Ici nul arbre mais du sable à perte de vue d'où jaillissent d'immenses cristaux couleur émeraude. Malgré cela, une civilisation a réussi à dominer l'environnement hostile. Mineptha est la capitale de ce peuple qui, lorsqu'il n'habite pas entre les murs de cette cité, parcourt le désert à la recherche de denrées rares et de pierre soleil servant à confectionner bijoux et objets précieux. A côté du palais royal, se trouvait le temple de Sol'ra, leur divinité tutélaire. La grande particularité de ce lieu était que que la plupart des pièces qui le composaient n'avait pas de toit afin que la lumière du soleil soit présente tout au long de la journée. Ïolmarek, le grand prêtre de Sol'ra et Ahlem priaient dans la grande cour lorsqu'ils entendirent à leur tour les paroles.

Nassaafaraa oukt naass oukt nassaaafaraaa... Partez à la recherche du présent qui vous était destiné. Les infidèles tentent de se l'approprier. Châtiez-les comme il se doit.

A ce moment-là, quelque chose jusqu'à présent caché en eux se réveilla.

- Alhem, tu pars avec Aziz et ceux qui sont dans les environs, le temps que je réunisse les autres.

- Bien grand prêtre, je m'en vais les quérir de suite. Quels sont vos ordres concernant les infidèles ? Dois-je emmener votre disciple ?

- Oui oui bien sur qu'elle est du voyage. Quand à ceux vous rencontrerez sur place, s'ils se mettent au travers de votre route qu'ils soient alors placé sous le jugement de Sol'ra !

Le lendemain, une petite troupe quitta discrètement Mineptha et se mis en route pour rejoindre le tombeau des ancêtres.





Tombée du ciel, treizième évènement : Le Précieux



Ne dit on pas que la nuit, tous les chats sont gris ? C'est un proverbe que notre jeune voleuse expérimentait sur elle le plus souvent possible. Quelques jours au auparavant, Héléna avait eu un tuyau, une information qui d'après elle serait le coup du siècle. Un indic lui avait dit qu'on lui avait dit que le célèbre trésor du légendaire capitaine pirate Gol'denaï avait été retrouvé par le gouvernement des Iles blanches et serait bientôt exposé au grand public avant de retourner dans les caisses nationales. LE Trésor de Gol'denaï ! Incroyable ! Non seulement l'histoire de ce célèbre pirate se transmettait entre les différents équipages hors-la-loi, mais sa valeur inestimable faisait briller les yeux des chercheurs de trésors et autres voleurs. Héléna ne pouvait pas manquer cette occasion unique de s'en emparer. C'était trop tentant. Elle se hâta, car cette nouvelle se répandait aussi vite qu'un ziaf (un oiseau très peureux) ayant le vent dans le dos. Elle risquait de ne pas être la seule sur le coup.

La voilà donc à Pierrevent, la capitale des îles blanches, un endroit où l'étourdi pouvait glisser et tomber dans le vortex. Car ces iles n'étaient pas maritimes, mais aériennes, cela, suite à la grande guerre contre Néhant.

Le plan était prêt, ficelé, il ne laissait nulle place au hasard. Son génie était à son paroxysme. Évidement rien ne se passa pas comme prévu. Et en y repensant bien, aucun de ses plans n'avait correctement fonctionné, car justement le hasard intervenait toujours. Manque de chance ou coïncidence ? Tombée de la nuit, plan première partie : désactiver les protections magiques. Aucun problème de ce côté-là. L'alarme, une Cristagard 2.0 ne présentait aucune difficulté. Un peu de poudre de gemme miroir et l'affaire était jouée. Puis elle grimpa en haut de la tour grâce à son fidèle enchanfilin : un cordage très fin, très résistant.

Parfait, personne ne l'avait vu, il restait à passer les gardes. Facile !! Ils étaient à peine deux pour surveiller un antique trésor. Le gouvernement des îles blanches était soit radin soit ne connaissait pas la célèbre Héléna ! Les nuls !

Le Petzouille était un animal assez particulier, à peine plus grand qu'un chaton avec une trompe et une faculté prisée par les brigand de haut vol. En effet, lorsqu'un petzouille mangeait des graines de tournesol, il se mettait à gonfler comme une baudruche. Il suffisait ensuite, grâce à un ingénieux mécanisme inventé par Larcène, grand maître voleur, de le lancer dans une pièce pour qu'il libère un gaz soporifique très rapide. Deux gardes endormis plus tard, la voilà dans la salle d'exposition. Le coffre, immense et convoité, trônait au milieu. Bizarrement aucun système magique ne le protégeait. Plus rien ne l'étonnait.

Clic ! Le coffre était ouvert. Les yeux brillants et le coeur serré elle l'ouvrit et... rien ! Vide, le coffre était vide ! Par les cornes de Dragon ! Un piège ? Non, visiblement. Un bout de parchemin se matérialisa alors, entourant un cristal de cachemin, un objet dont les voleurs se servent pour se laisser des messages entre eux. Dessus, à peine quelques mots : "Je t'ai bien eu !!" Et c'était signé Quilingo.

La voleuse serra le parchemin avec rage.

- QUILINGOOOO !! Hurla t'elle. Je l'aurais ce foutu ours ! Je l'aurais !

Très vite elle rebroussa chemin. Elle devait partir avant de se faire attraper, ce qui n'arrivait jamais, enfin presque jamais. Quelques instants plus tard, la voilà dans une des ruelles sombres de la cité, ruminant cette humiliante défaite. Pas de trésor... pas de trésor... Bon réfléchit ma fille, réfléchit. Un panda ça passe pas inaperçu. Je vais faire jouer mes cercles d'influences et le traquer, jusqu'au bout du monde s'il le faut.

Quelques jours plus tard, au coeur d'une dense forêt à l'extrême sud-ouest de la Draconie, la jeune voleuse avait monté un nouveau plan. Un plan encore plus parfait que le dernier, ne laissant une fois de plus aucune place au hasard, qui pourtant s'invita bien entendu à cette petite fête. La piste d'un panda, surtout humanoïde était facile à suivre. Où allait-il ainsi ? En fait, peu lui importait, puisque dans peu de temps, le trésor serait sien ! Elle avait choisi un endroit où toute fuite était impossible, un immense pont de cordage au dessus d'un gouffre de dix mètres donnant sur une rivière déchainée infestée d'animaux peu amicaux. C'était aussi le seul point de passage pour aller de l'autre côté de la forêt. Elle avait donc placé quelques pièges qui immobiliserait Quilingo sans lui faire de mal. Elle se cacha ensuite et patienta jusqu'à l'arrivée de sa pauvre victime. Le temps lui sembla une éternité et son attention se relâcha jusqu'à ce qu'un bruit la fit sursauter. Une planche se mit à grincer. Elle se risqua à voir de quoi il retournait. C'était Quilingo, déjà à la moitié du pont. Mais.. mais.. mais... comment a-t-il fait pour échapper à mes pièges ?? Sa réaction fut immédiate, elle se jeta à la poursuite du panda qui, aux aguets, la repéra très vite. Une course poursuite éclair s'engagea, elle ne dura que le temps de passer de l'autre côté. Car sitôt le pont derrière lui, Quilingo s'arrêta pour faire face à Hélena.

- Alors, t'veux l'trésor ? T'sais qu'il t'appartient pas ?

- Allons mon gros, ne me provoque pas, laisse moi le coffre et va t'en. Ça t'évitera des soucis.

- HAHAHAHA, t'veux me voler ? Moi ? J'suis pas un garde-coffre pour rien. T'entend ça Er'vent ? Ta copine veut m'voler !

Héléna plissa les sourcils. Qu'est ce qui raconte le gros ?

Alors apparu à côté de lui Erevent. Tout comme Héléna, il était un membre des Envoyés de Noz'Dingard.

- J'ai entendu et tout consigné. Tu as fait du bon travail.

La figure de la jeune femme se décomposa.

- Tu... tu as monté tout ça contre moi ?? Mais pourquoi ?

- Les Envoyés doivent être respectables. Voler quelque chose à des alliés n'est pas... acceptable.

- C'est pas à toi de me dire ce qui est respectable ou pas, fiente de petzouille.

Hélena échafaudait un nouveau plan, il fallait faire durer la discussion le plus longtemps possible.

- Des insultes, voilà que tu t'abaisses au niveau des autres brigands. Non ce n'est pas à moi de te dire ce qui est acceptable ou pas. Dragon jugera si tu es encore digne de rester dans les rangs des Envoyés. Ma mission est finie. Considère-toi comme prisonnière.

- Mais bien sûr ! Hurla t'elle en jetant au sol une sphère de verre qui libéra une fumée blanche... qui fut aussitôt éparpillée par un vent violent. La voleuse tenta l'évasion, mais échoua. Erevent faisait parti des meilleurs enquêteurs de la Draconie. Et les tours de passe passe comme celui-là, il les connaissait tous. Il avait discrètement lancé un sort dit de "bave de troll" qui figeait une personne au sol.

- D'accord, d'accord... Discutons, dit-elle avec le sourire.

Mais il était trop tard. Quilingo sortit une corde, la saucissonna et la jeta sur son épaule. Et tous partirent pour Noz'Dingard.







Retrouvez toutes l'histoire Tombée du ciel sur le wiki officiel : Tombée du ciel

4 Re: [Histoire] Tombée du ciel le Jeu 5 Aoû - 17:01

Laharl

avatar
Admin
Admin
Tombée du ciel, quatorzième évènement : Le Runique, chapitre 1



Le Désert d'Émeraude regorgeait de petits lieux incroyables où la vie grouillait comme nulle part ailleurs. Tout cela était possible grâce à l'eau qui ressortait et attirait toutes sortes de créatures. Elle favorisait aussi la végétation luxuriante.

C'est dans une de ces oasis, car c'est ainsi que les gens du désert les appelaient, qu'une tribu entière qui vivait là depuis des générations fut en partie détruite. L'attaque eut lieu à l'aube, alors que tous dormaient encore. Elle fut brutale et sans pitié. Les assaillants étaient nombreux et très bien organisés. Il s'agissait d'une des plus grandes bandes de trafiquants d'esclaves. Les cris réveillèrent les oiseaux au couleur chatoyantes et le sang, beaucoup de sang, coula. Les hommes qui avaient vaillamment tenté de défendre leurs familles périrent devant la férocité des brigands et de leurs lions de guerre. Lorsque toute l'attaque cessa, il ne restait plus que des cadavres dans l'eau alors que femmes et enfants étaient devenus des prisonniers pour être revendus. Parmi eux, le jeune Kalhid, âgé d'à peine 9 ans.

Le garçon fut vendu quelques jours plus tard au marché aux esclaves de Mineptha à un homme puissant qui résidait dans les montagnes tout au nord du désert. A son arrivée à la propriété de Abn el hissan, il fut envoyé dans les mines de sephra, une épice rare qui avait pour originalité de se trouver dans une terre particulière des montagnes. C'est ainsi que s'était battit la fortune du maître de Kalhid.

De nombreuses années passèrent et le garçon était devenu un homme. Contre toute attente, alors que la grande majorité des esclaves des mines décédait assez vite, lui résista, se battant contre sa condition, car ceux de son peuple pensaient que la vie valait tout et que l'espoir devait toujours être un moteur pour avancer sur le long chemin de l'existence. Et le moment était venu. Après tout ce temps en captivité, il était temps de reprendre cette liberté qu'on lui avait volé. Grâce à son imposante force et à un plan soigneusement établi, lui et quelques autres esclaves réussirent à s'évader. La chance lui souriait enfin. Mais elle l'abandonna très vite car quelques heures à peine après avoir fui, une tempête de sable s'abattit sur eux avec une violence incroyable. Ils furent tous ou presque balayés comme de vulgaires morceaux de paille. Kalhid n'en pouvait plus, malgré sa résistance il ne pouvait plus lutter contre les éléments. A bout de force, il s'abandonna à une mort certaine.

Kalhid ouvrit les yeux en sursautant, haletant mais vivant il plaqua sa main droite contre son coeur. Il battait fort. Cela le rassura car cela voulait dire qu'il était en vie. La pièce dans laquelle il se trouvait était plongée dans le noir. Il n'y voyait rien. Tout à coup, quatre flambeaux s'allumèrent. Il était allongé sur un lit confortable, autour de lui quelques meubles dont le style lui était inconnu et tout juste à côté de lui une vasque contenant de l'eau. Il en but une gorgée et s'aspergea le visage. Des centaines de questions tambourinaient dans son crane. La porte s'ouvrit alors et une voix se fit entendre, une voix grave qui lui disait d'approcher. Il passa la tête dans l'encadrement et découvrit un long couloir lui aussi éclairé de flambeaux. Tout le long, il y avait des symboles qui scintillaient en harmonie. Il passa devant plusieurs portes toutes fermées et il déboucha dans une immense salle. Partout des symboles luisaient faiblement et, ce qui l'intéressa d'avantage, il y avait là des dizaines d'armes et d'armures magnifiquement ouvragées. Au bout de la salle, trônait ce qui ressemblait vaguement à une énorme enclume. Derrière elle, à moitié cachée dans l'obscurité, une créature arborant apparemment une paire de cornes le regardait.

Il hésita à avancer mais la voix le rassura.

- N'aie pas peur. Nous n'en voulons pas à ta vie. Sinon nous t'aurions abandonné à ton triste sort.

Effectivement le raisonnement se tenait et il s'avança, jusqu'à une distance raisonnable.

- Je vous remercie de m'avoir sauvé.

- Ne nous remerciez pas, coupa la créature. Hélas nous n'avons pu sauver vos compagnons, ils ont tous péri.

- C'est une chance que vous m'ayez trouvé.

- Ce n'est pas de la chance, nous savions que celui que nous attendions tous serait là.

- Je ne comprend pas très bien.

- Nous venons de loin et nous cherchons des personnes au destin particulier et vous faites partie de ceux là.

Kalhid plissa les yeux.

- Vous attendez quelque chose de moi n'est-ce pas ?







Retrouvez toutes l'histoire Tombée du ciel sur le wiki officiel : Tombée du ciel

5 Re: [Histoire] Tombée du ciel le Sam 21 Aoû - 13:04

Laharl

avatar
Admin
Admin
Tombée du ciel : Acte 2

Le Chant du Cristal



La marche dans le Désert n'était pour eux qu'une promenade de santé. Ils avaient une mission de la plus haute importance et à chaque levée du soleil, les prières étaient prononcées avec une ferveur incroyable. Galvanisés par leur foi, ils ne virent pas le temps passer. Enfin, au milieu d'une journée particulièrement radieuse, tous l'entendirent. C’était comme une sorte de chant, majestueux. Il les appelait, les guidait jusqu’à l’endroit de l’impact. Plus ils progressaient et plus le chant devenait clair. Alhem s’arrêta brusquement de marcher.

- Pourquoi t’arrêtes-tu ? dit Aziz en posant sa main sur l’épaule du prêtre de Sol’ra.

Les autres nomades les regardaient, attendant les paroles de leur chef spirituel.

- Ce chant est un appel au secours. La pierre vit, elle résonne et raisonne. Les infidèles sont nombreux et puissants. Elle est en danger. Nous devons faire vite avant qu’il n’arrive une catastrophe.

Aziz se tourna vers Kararine et prit l’air le plus autoritaire possible.

- Tu vas partir en éclaireur et nous faire un rapport sur ces chiens qui osent s'approprier ce qui n’est pas à eux.

Pour toute réponse, la jeune femme le salua de la tête avant de se mettre à courir dans la direction de l’impact.

Quelques heures plus tard, elle arriva enfin à destination et son coeur se serra lorsqu’elle posa les yeux sur la pierre. Elle était magnifique et baignait dans une lumière rappelant à la jeune femme le temple de Sol’ra lorsque le soleil, au zenith, léchait de ses rayons les murs de la salle de prière. Au pied, de part et d’autre, il y avait deux camps. Un aux tentes bleutées parées d’oriflammes aux symboles de Dragon, l’autre aux tentes rouges bien alignées. Un peu partout, il y avait divers campements plus au moins gros aux styles parfois très différents. Kararine estima qu’il y avait beaucoup de monde, mais que de toute façon Sol’ra protégerait ses fidèles et qu’ils viendraient facilement à bout de ces parasites. Intérieurement, elle jubilait déjà, imaginant les combats qui allaient avoir lieu. Bientôt ce dit-elle, ces tentes brûleront dans les flammes de la fureur du dieu soleil. Tout à coup, elle entendit des bruits de pas qui s’approchaient d’elle. Elle sentait que l’air se rafraîchissait. Les bruits cessèrent et une voix à l’accent étrange s’éleva.

- Vous entendez ce chant vous aussi ?

Kararine risqua un coup d’oeil en dehors de sa cachette. Il y avait là une femme à la peau bleue pâle et au regard intense. il y avait chez cette personne comme un pouvoir caché qui mis en confiance la jeune nomade. Elle se décida à aller examiner cette étrangère. Sans prononcer un mot, elle tourna autour d’elle et comprit que le froid émanait de sa personne.

- Qu’est-ce que vous êtes ? De quel chant parlez vous ?

- Je suis Yilith, j’ai fait un long voyage jusqu’ici et j'entends un chant dans ma tête. L’entendez-vous ? Tout cela est incroyable.

Pour Kararine, cette infidèle cherchait à la déstabiliser. Elle devait prévenir Alhem et Aziz le plus vite possible.

- Je ne sais pas de quoi vous parlez ? s’exclama-t-elle en reculant. Elle dégaina une dague et se mit en position défensive. Laissez-moi tranquille et il ne vous arrivera rien.

- D’accord, vous n’êtes pas très aimable. Je vais voir si d’autres personnes pourront m’aider. Puis elle continua son chemin comme si de rien n’était.

Kararine continua ses investigations dans la forêt qui se trouvait non loin de là car il lui semblait y avoir de l’agitation. Le plus furtivement possible, elle se déplaça en espérant cette fois ne pas faire de mauvaise rencontre. Là aussi, manquant de chance ou peut-être à cause de sa méconnaissance des lieux forestiers, elle faillit de peu se faire empaler par une dague de lancer. Alors, une personne vêtue de gris avec une cagoule assez déroutante lui bondi dessus sans crier gare. Cette fois, il n’en fallait pas plus à la jeune femme pour la mettre en colère. Elle esquiva avec agilité tout en prenant une dague dans chaque main. Elle répliqua avec vitesse prenant son adversaire de court, mais celui-ci para une dague et tenta une acrobatie pour éviter l’autre qui coupa net un morceau de sa cape. Le combat dura ainsi plusieurs heures, tous deux étaient de forces équivalentes mais Kararine avait établi un plan, peu à peu elle se rapprochait des siens. Si bien qu’au bout d’un moment l’ashashine (car tel était le nom de son rôle chez elle) sut que son ennemi allait perdre car désormais, ils étaient cinq contre elle. C’est Aziz qui se lança dans la bagarre, déroutant le Traquemage qui esquiva de justesse une lance qui aurait dû le traverser de part en part. La situation lui échappait, sa proie aussi. Il fallait de nouveau disparaître pour repenser sa stratégie. Il s’enveloppa dans sa cape et se jeta par terre. Le tissu s'aplatit alors contre le sol avant de se faire couper en petit morceau par Kararine et Aziz. Hélas, le Traquemage avait disparu.

L’éclaireuse expliqua alors ce qu’elle avait vu et qui elle avait rencontré. Elle insista sur l’étrangeté des infidèles et proposa de ne pas attaquer de front sans quoi la défaite, malgré l’appui de Sol’ra, serait cuisante. Aziz, qui avait longuement servi dans l’armée de Kahani III proposa, en attendant l’arrivée des renforts, de tenter de s’approcher de la pierre en menant de petites attaques ciblées contre des groupes de peu de guerriers. Alhem accepta avec une certaine réticence, mais il fallait impérativement suivre les ordres de Ïolmarek et il était certain que les infidèles croiseraient leur route. De plus la pierre les appelait, il fallait faire vite désormais.

Ces infidèles allaient goûter la puissance des fidèles de Sol’ra. Ainsi, les Nomades du désert entrèrent dans le conflit de la Pierre Tombée du Ciel.






La Malediction



La porte était ouverte, et la lumière qui s’en échappait faiblissait doucement. Sangrépée et Sanvisage se regardèrent un long moment avant que l’un deux ne prononce le moindre mot.

- Et maintenant ? Il se passe quoi ? dit l’Hom’chaï à sa compagne ?

- Et bien, on y va !

Mais a peine eut-elle fini sa phrase qu’une forme se dessina. Un homme passa le seuil de la porte, fit quelques pas et s’écroula. Puis, sans le moindre bruit, la Porte de l’Infini se referma, puis disparu. Les deux Zil firent les gros yeux, ils ne s’attendaient vraiment pas à ça. On leur avait promis un retour chez leurs semblables, et ils se retrouvaient finalement avec quelqu’un débarqué de nulle part.

Sangrépée examina l’inconnu. Celui-ci portait une magnifique armure de plaques couverte de cuir durci, qui lorsqu’elle était neuve devait probablement être rouge. Une capuche couvrait sa tête, laissant apparaître quelques mèches de cheveux que le temps avait grisé. L’Elfine se pencha sur le corps inanimé et souleva la capuche.

- Il est en vivant. Ramenons le à Kriss, il pourra probablement voir ce qu’il a.

Sansvisage attrapa l’inconnu et le jeta sur son épaule tel un vulgaire sac.

Tout au long du chemin vers le campement du reste de la guilde, Sangrépée semblait perdue dans ses pensées. Quelque chose la dérangeait sans trop savoir quoi. Elle avait cette vague impression que cet inconnu n’était pas si inconnu que ça. Arrivés au chapiteau, ils furent accueilli par Abyssien.

- Vous voilà enfin, nous avons des choses à nous dire.

- Nous aussi nous avons des choses à te dire. Nous devons voir aussi Télendar et Kriss pour qu’on leur explique.

- C’est une longue histoire, mais Télendar n’est plus des nôtres. Je reprends le rôle de chef des Combattants de Zil.

C’était décidément une journée pleine de surprises !

- Euh... Très bien, de toute façon je ne l’ai jamais aimé. Quand il a pris ta place à l’époque je lui aurais bien mis quelques tartes.

- Sansvisage, toujours en finesse et en poésie.

Ce dernier posa délicatement son paquet au pied de leur ex-nouveau ou nouveau-ex chef qui regarda l’inconnu d’un regard étonné.

- Ça alors ! Cette armure me dit quelque chose.

- Toi aussi ? coupa Sangrépée. Depuis qu’on l’a trouvé, j’ai l’impression de le connaître.

- C’est parce qu’on vous a sûrement raconté cette histoire. Enfin, son histoire lorsque vous étiez chez les humains à Yses.

Sur cet entre-fait, Kriss attiré par l’attroupement rejoignit ses compatriotes.

- Qu’est-ce qu’il se passe ici ? interrogea le musicien.

- Tu tombes bien toi, tu peux regarder ce qu’il a. Ordonna le chef des Zil en montrant l’inconnu.

- Oui bien sûr, mais pas ici. Sansvisage, amène-le dans ma roulotte, je te prie.

Abyssien et Sangrépée s’installèrent confortablement sous le chapiteau qui, en dehors des représentations, servait d’immense salon où les membres de la guilde pouvaient se prélasser à leur guise.

- Alors cette histoire ?

- Oui, j’y venais, dit-il en posant son chapeau.


Tout autour d’eux, le chapiteau disparut pour laisser place à une forêt lugubre. Là, un animal se faufila entre les arbres, puis en vint un autre, puis un autre pour finalement former une meute. Puis ils sortirent du bois. Sangrépée les reconnut : des Volks ! C’étaient de terribles créatures quasi disparues à l’heure actuelle. L’un d’eux était particulièrement imposant. Il était visiblement leur chef. La suite ne fut que carnage. Les volks attaquèrent plusieurs villages et dévorèrent tout les êtres vivants qu’ils purent, autant par plaisir que par faim. La scène changea, désormais ils étaient dans un château. Là, trois personnes noblement vêtues devisaient vivement.

- Sire, nous avons tout tenté contre les volks, sans succès. Ils sont doués de raisons et leur chef nous sent arriver.

L’homme couronné fixa le sol réfléchissant à la meilleure solution.

- Je ne vois plus que lui pour nous venir en aide. Je sais que vous ne l'appréciez guère, mais il faut vous faire une raison.

- Vous n’y pensez pas ! Gaumatta, malgré l’amitié qui nous lie, ne pouvez-vous pas intervenir plutôt que de faire appel à lui ?

- Mergis, tu es certes mon ami, mais ma décision est prise. Bardiya, allez prévenir Kolodan de la situation.

L’image se brouilla et le chapiteau réapparu. Kolodan !! Elle connaissait cette histoire. Ce protecteur fut le dernier rempart contre ces monstres. Il les décima tous et combattit leur chef durant des jours. Puis, après cela, il disparut mystérieusement.

- Tu veux dire que cet homme est Kolodan ?

- Ce n’est pas certain et la meilleur façon de vérifier ça est de lui demander.

La nuit tomba sur le Tombeau des ancêtres. Kriss avait officié et ses quelques blessures n’étaient plus qu’un souvenir. Abyssien, Sangrépée et Sansvisage attendaient autour du feu que Kriss leur donne des nouvelles. La porte de la roulotte s’ouvrit.

- Sansvisage, viens donc nous filer un coup de main.

Le musicien tenait par le bras l’inconnu qui avait repris connaissance. Ils l’installèrent avec eux autour du feu. Tous attendaient la suite de l’histoire, était-ce Kolodan ?

- Qui êtes vous ? demanda Abyssien.

- Je... Je suis Kolère...

- Kolodan vous voulez dire ?

- Kolo... Non ! Cet être-là a disparu il y a longtemps. Il ne reste plus que celui qu’il est devenu.

- Et qu’est-ce que vous êtes devenu si je peux vous demander ça ?

- Je ne suis pas homme, mais pas tout à fait volk. Je ne suis que Kolère.

- Où étiez vous durant tout ce temps ?

- Tout ce temps ? Quand sommes-nous ?

- Si mes souvenirs sont bons, les sept royaumes utilisent le calendrier impérial. Nous sommes donc en l’an 105.

Ce fut comme un coup de poignard pour Kolère. Plus de vingt années s’étaient écoulées sans qu’il ne s’en rende vraiment compte.

- Où étiez-vous, ajouta une Sangrépée visiblement passionnée par le sujet.

- J’étais... j’étais...

Il ne termina pas sa phrase. Il fixait le ciel avec crainte. La lune se levait, immense et rouge. La malédiction opéra.

- Nooon ! Non non non non non non ! cria-t’il.

Une transformation s’opéra alors. Kolère se tordit de douleur, de longs poils noir apparurent sur ses bras, son armure céda par endroit. Puis son visage changea, s’allongea en un long museau, ses dents poussèrent. Il était devenu moitié homme, moitié volk. Bien qu’il fut visiblement enragé, il s’arrêta brusquement devant Sangrépée. Il fut littéralement hypnotisé par la jeune elfine. La colère partit peu à peu.





L'Ordalie



Ïolmarek attendait patiemment le reste des troupes qui devaient le rejoindre pour prendre ensuite la direction de l’impact. Il flânait dans la cour principale du temps de Sol’ra, perdu dans ses pensées. Voilà maintenant de très longues années qu’il était au service du Temple et bien que sa foi n’ait jamais faibli, depuis le chant du cristal, le vieux prêtre était en doute. Pourquoi alors que durant ces dernières longues années la présence divine avait été faible, tout à coup une manifestation aussi importante de Solar se produisait ? Il se souvient que lorsqu’il fut jeune prêtre, il y eut une autre manifestation de ce genre, et cela c’était terminé en hécatombe. A quoi servirait ce présent ? Quel est la finalité de tout cela ? Autant de questions qui germaient dans l’esprit du vieil homme.

- Le doute ne t’est pas autorisé grand prêtre.

Ïolmarek sortit de sa rêverie et regarda autour de lui. La présence qu’il senti lui était étrangement familière, comme ressurgie du passé.

- Je connais cette voix, montrez-vous.

- Regardez-moi... père.

Il se tourna alors vers la statue qu’il avait fait sculpter il y a de cela presque trente ans. La jeune femme représentée était nimbée d’une douce lumière. Elle n’avait d’ailleurs plus l’apparence d’une statue figée, mais bel et bien d’une personne vivante. Ïolmarek tomba à genoux, le cœur serré les larmes lui vinrent.

- Dja.. Djamena, c’est bien toi ?

- Je viens à toi comme messagère. Écoute mes paroles car elles sont commandement !

Une Messagère ! Cela augurait quelque chose de très important car leur apparition était toujours synonyme de changement et d’intervention divine. Les écritures antiques inscrites sur les murs du temple faisaient état de plusieurs interventions de cette nature.

- Je t’écoute Messagère.

- Tu t’écartes peu à peu du chemin grand prêtre et celui qui m'envoie a besoin que ta foi soit infaillible. Je viens te soumettre à l’Ordalie !

- Que... Quoi !? Ïolmarek n’en crut pas ses oreilles. On le soumettait à une épreuve pour prouver sa foi. J’ai déjà prouvé ma fidélité par le passé et ma vie est au service de Sol’ra !

- La foi n’est pas une affaire de passé, mais de présent. Sol’ra a besoin de son grand prêtre et tu dois être prêt. Plusieurs évènements vont avoir lieu et les infidèles feront tout pour vous contrecarrer. Tu serras tenté et si ta foi n’est pas assez forte, tu mèneras les tiens à leur perte.

- Je me soumet à l’Ordalie, qu’elle est la tâche que je dois accomplir ?

- Un père et sa fille arrivent au temple. L’homme est aveugle et survit grâce à sa fille. Tu devras convaincre le père que Solar réclame sa fille, le condamnant à une mort certaine.

Effectivement une carriole tirée par un bœuf passa l’arche de l’entrée du temple. Une jeune femme tenait l’animal par une corde. Il fut frappé de stupeur lorsqu’il se rendit compte de la ressemblance frappante entre Djamena et cette jeune femme. Il comprit a quel genre d’épreuve il se confrontait. Le jeune femme aida son père à descendre puis tous deux avancèrent vers le vieux prêtre et firent le salut de circonstance une fois à son niveau.

- Nous avons fait un long chemin pour prier Sol’ra afin de lui demander son aide et qu’il guérisse mon père.

Sol’ra dieu du soleil et de la lumière était souvent invoqué lorsqu’il s’agissait de prière afin de recouvrer la vue, en de rares cas les prières sont entendues. Ïolmarek avait encore les mots prononcés par la Messagère et à cette épreuve il avait déjà la réponse.

- Quel est ton nom ? Demanda t-il.

- Djamena.

La coïncidence était de trop. Il lui prit la main et ce concentra, se focalisant sur l’âme qui habitait ce corps. Il sourit lorsqu’il comprit que cette âme était celle de sa fille. Sol’ra l’avait renvoyée vers lui. Plus jamais il ne douterait.

- Et bien Djamena, amenez donc votre père au pied de la statue afin qu’il se recueille, nous prierons avec lui.

Ils prièrent pour que Sol’ra prenne en pitié cet homme qui vivait dans le noir et pour que de nouveau il puisse voir la lumière. Ïolmarek utilisa ses pouvoirs et plaça ses mains sur les yeux de l’infortuné.

- Tes prières ont été entendues.

Lorsqu’il enleva ses mains l’homme cligna des yeux alors que peu à peu sa vue revenait.

- Je vois ! S’exclama-t-il. Je vois à nouveau !! Il tomba à genoux devant Ïolmarek, Djamena fit de même. Comment puis-je vous remercier ?

- Et bien gardez la foi et suivez les préceptes de Sol’ra, ne doutez jamais. J’ai besoin que vous me rendiez un service.

- Dites-moi, je ferais tout ce que vous me demanderez.

- Ta fille appartient à Sol’ra.

Cette phrase signifiait-elle qu’elle serait sacrifiée en son honneur ? L’homme ne répondit pas, abasourdi par cette nouvelle. Devait-il regagner la vue au prix de la perte de son enfant ?

- N’ayez crainte, j’aimerais qu’elle reste au temple et devienne prêtresse. Djamena fut surprise. Elle une servante de Sol’ra ? L’homme se leva et pris le visage de sa fille entre les mains.

- Si mes souvenirs sont bons, une jeune prêtresse ne doit pas être vue des hommes tant que les préceptes de Sol’ra ne lui sont pas parfaitement connus. Tu n’as eu jusqu’ici une vie de misère accompagnée d’un aveugle. Il est temps que tu vives ta propre existence, même si pour cela je ne devais pas te revoir avant longtemps.

Djamena se jeta dans les bras de son père comme s’ils se disaient adieu. Le grand prêtre observait la scène avec nostalgie. Lui aussi avait tenu sa fille ainsi, il se souvient de l’amour qu’il éprouvait pour elle. C’était pour lui une deuxième chance, un renouveau, une renaissance, il compris que ce que Sol’ra prenait, il pouvait aussi rendre.

Une fois l’homme parti, Djamena et Ïolmarek se retrouvèrent seuls. Là les yeux de la jeune femme changèrent et brillèrent de mille feux.

- Tu as réussi cette première épreuve, mais ils y en aura d’autres. Tu as deviné, je vais revenir mais pour cela il faut que je reste ici. Le moment venu je te rejoindrai, père.







Le Runique, chapitre 2



Kalhid attendait une réponse, même s’il était certain que c’était “oui”. Mais après tout, il valait mieux ça que de retourner à l’esclavage.

- Il y a quelque chose que tu peux faire pour nous. Sache que tu es libre de refuser, la porte au fond de la salle t’emmènera vers la sortie. Car ce qui t’attend va être difficile à accomplir.

- Je ne suis pas un ingrat. Vous m’avez sauvez de la mort et je vous suis redevable. Alors je vous écoute, que souhaitez-vous que je fasse ?

La forme s’approcha du jeune homme, mais ce dernier n’osa pas lever les yeux car beaucoup trop intimidé.

- Bien, ton choix est fait, ta parole est donnée. Il y a plusieurs jours une météorite s’est écrasée au beau milieu du continent. Si l’évènement en lui même est assez banal, c’est la nature de la météorite qui nous intéresse.

L’Inconnu alla du côté des armes et armures et, tournant le dos à Kalhid, il continua son discours.

- Vois-tu, nous parcourons le monde à la recherche de certaines pierres qui possèdent des facultés magiques ou qui s’assimilent à cela. Or, celle-ci présente un grand pouvoir que nous ressentons jusqu’ici.

Il se baissa et, d’une main assez peu humaine, il attrapa un objet. Il revint ensuite face à son interlocuteur.

- Nous aimerions que tu ailles là où elle s’est écrasée, et que tu nous ramènes un morceau de cette pierre. Cette tache est périlleuse, aussi nous te confions ceci. Il posa la chose au sol produisant un bruit métallique. Kalhid hésita puis l'attrapa. Aussitôt la chose se développa autour de sa main et de son poignet. C’était comme une sorte de gantelet. Le jeune homme sentait presque comme une sorte de conscience à l’intérieur.

- Ceci est un objet runique. Prends-en soin car tu devras le ramener. Plus vous serez en symbiose tous les deux, plus le gantelet se développera. Après quelques mouvements, il se rendit vite compte que le poids de l’objet ne correspondait pas à son apparence, mais pourtant il semblait très résistant.

- Je vous remercie. Si j’ai bien tout suivi, il me faut aller à l’endroit où une météorite s’est écrasée, en prendre un morceau et revenir ici. C’est cela ?

- Oui.

- Bien, cela ne me semble pas très difficile.

- Si, ça va l’être. Mais avant que tu ne partes, saches que ton nom n’est plus Kalhid, tu seras désormais le porteur de runes Harès.

Un nouveau départ, avec un nouveau nom ? Au final, il valait mieux ça. De toutes façons, il comptait bien changer de nom.

- Dehors un cheval et des provisions t’attendent. Va maintenant, nous t’attendrons ici.

Harès partit donc vers ce nouveau destin qu’on lui avait prédit.

Une semaine plus tard, Harès trouva le lieu de l’Impact. En chemin, il avait rencontré d’autres personnes qui, comme lui, allaient vers cette fameuse pierre. Il apprit que de grandes guildes étaient sur place et qu’elles se livraient à des affrontements pour sa propriété. Quand il arriva sur place, il y avait là un véritable champ de tentes. Si tout le monde voulait cette pierre, il doutait qu’on puisse le laisser prendre un bout comme ça. Il attendit donc la nuit pour agir. Une faible lumière s’échappait de la météorite qui s’avérait être bien plus grande qu’il ne l’imaginait. Il ne s’attendait pas non plus à tomber sur un os. Après tout, qui surveillerait une pierre grande comme deux maisons de peur que celle-ci se fasse voler ? Et bien visiblement, les Combattants de Zil, eux, le pensaient. Enfin, un Combattant de Zil : Marlok. Celui-ci passait une bonne partie de la nuit à étudier la pierre. Évidemment, il faisait ça le plus loin possible du campement des Draconiens.

Harès se dirigea vers la pierre puis une fois devant posa sa main gantée sur sa paroi. Marlok fut surpris car personne ne put passer la barrière qui protégeait la pierre. Lorsqu’il vit Harès assener de grand coup dessus il n’hésita pas une seconde. La prudence avec la magie était de mise et là ce n’était pas de la magie, donc potentiellement encore plus dangereux. Le mage lança un sort de fusion golemique qui eu pour résultat un mélange surprenant entre le mage Zil et son vieux golem de cristal.

- Éloigne-toi de là ! Tu risques de provoquer des catastrophes.

Harès regarda l’étrange chose avec suspicion. Son gantelet réagit à la menace et recouvrit la totalité de son bras droit.

- Ce n’est que de la pierre, ni plus ni moins. Je ne veux que prendre un morceau. Ne vous inquiétez pas, il ne se passera rien de plus.

Golemarlok secoua la tête de façon négative et sauta sur Harès, des flammes apparurent dans ses mains. L’homme du désert esquiva de justesse et asséna un coup magistral à son opposant qui faillit se retrouver à terre. Mais Golemarlok était coriace et frappa de ses deux mains jointes sur l’épaule du colosse du désert qui vacilla. Mais, pour Harès, se battre était un art de vivre. Il ne comptait plus le nombre de fois où il s’était battu dans les mines pour sa survie et celle des êtres qui lui étaient chers. Et comme à chaque fois la colère montait rapidement. Les échanges de coups se firent plus violents, la magie du mage-golem glissait sur le gantelet runique du colosse comme l’eau sur une peau d'un serpent. Puis, ce même gantelet finit par recouvrir les deux bras d’Harès et les symboles gravés dessus flamboyèrent. Golemarlok ne connaissait pas cette étrange magie et il l’apprit à ses dépends. Il souffrait de plus en plus et un malaise s’installait, il perdait le contrôle de sa magie. Mais le mage Zil n’avait pas dit ses derniers mots, et si la magie était inefficace il avait bien d’autres ressources. Il contre-attaqua avec des lames de cristal infligeant de sévères coupures à son opposant. Mais la rage d’Harès surpassait la douleur. Il mit toutes ses forces dans un dernier coup. Golemarlok eut le réflexe de se séparer de son golem pour éviter le coup qui allait sûrement le tuer. Ce fut donc sa création qui accueilli le poing ganté dans un craquement qui signifiait destruction. Harès plaqua si fort le golem contre la pierre tombée du ciel que cette dernière se craquela, libérant quelques morceaux de cristaux jaunes qui se mêlèrent aux cristaux bleu-nuit du golem.

Le mage Zil était vaincu. Et alors qu’Harès jetait les restes du golem de cristal, des personnes s’approchèrent. Ils étaient trois, leurs habits arboraient l’emblème des Envoyés de Noz’Dingard. L’un d’eux s’inclina devant Harès.

- Je suis Aerouant, fils de Prophète. Je dirige actuellement les Envoyés de Noz’Dingard.

Harès ne savait pas vraiment qui ils étaient, mais il s’en fichait vraiment. Le mage ne voyant aucune réaction enchaîna.

- Nous vous remercions pour ce que vous avez fait. Les Combattants de Zil sèment le trouble dans la région et ont commit des crimes odieux, dit-il avec amertume.

Aerouant se pencha sur Marlok. Ce dernier ne pouvait plus bouger d’un pouce, traumatisé par la perte de son golem et de sa défaite cinglante.

- Marlok, au nom de Dragon je vous arrête. Vous serez jugé en Noz’Dingard. Anryéna a vraiment hâte de vous voir. Le jeune mage ne cachait pas une certaine joie.

- Je ne sais pas qui vous êtes mais si jamais vous avez un jour besoin d’aide, prévenez-nous, nous avons une dette envers vous, ajouta Aerouant.

Alishk serra la main d’Harès à la façon des hommes du désert.

- Tu viens du désert d’émeraude n’est ce pas ? Pourtant l’armure que tu portes ne me semble pas être fabriquée là bas.

Le colosse ne répondit pas et commença à ramasser les éclats de la pierre tombée du ciel.

Les envoyés repartirent avec leur prisonnier et Harès se remis en route sans plus attendre. Il suivi le chemin aller sans s’en écarter une seule fois et une semaine plus tard il était revenu à ce mystérieux temple. Là un homme l’attendait, d’une cinquantaine d’année les cheveux bruns longs au regard fier. Il portait une armure complète de plaque de couleur dorée et argentée.

- Bienvenue Harès, je suis le seigneur runique Eilos. Si tu es là, je suppose que tu as accompli ta mission.

Harès lui jeta le sac dans les bras.

- Viens, nous avons un présent pour toi, Harès le runique.







Intrigues



Depuis la chute de la Pierre, de plus en plus de guildes et de curieux convergeaient vers les terres du Tombeau des ancêtres. Les tensions étaient à leur paroxysme et beaucoup racontaient déjà qu’une guerre avait lieu. Ceux qui étaient présents, qu’ils soient de la Kotoba, des Envoyés de Noz’Dingard ou d’autres guildes le savaient bien, le conflit plongeait peu à peu le continent vers un embrasement total. Tout cela pour le contrôle d'un pouvoir extraordinaire dont personne à part les Nomades du désert ne connaissait l'origine.

Un peu partout dans le monde, de valeureux aventuriers s'affrontaient parfois même avec des compagnons du passé...

Deux mois après le début des hostilités, en Kastel Drakren, la plus proche ville draconienne avant le Tombeau des ancêtres.

Lorsque l'issue d'une guerre est incertaine, on fait souvent appel à la politique et à l'étiquette pour tenter de trouver une solution satisfaisante pour tout le monde. Tout cela se passait évidement en coulisse, depuis quelques temps déjà, mais cela personne ne le savait, du moins jusque là. Drakren était souvent utilisé pour les rencontres entre des ambassadeurs de l'Empire de Xzia et les politiciens de la Draconie. Et en cette heure tardive, dans l'une des salles de réception, les tractations se menaient avec tact et phrases bien tournées.

Kimiko et Oogoe kage étaient missionnés par l'Empereur pour faire négocier le départ des Envoyés de Noz'Dingard, mais le négociateur envoyé par Dragon avait des années d'expérience et allait être un adversaire redoutable.

- Seigneur Galmara, je suis certaine que nous pouvons nous entendre. Vous savez bien que seul un accord entre nos deux puissances permettra de finir cette guerre stupide.

- Ma chère, ce que vous proposez me semble difficilement réalisable. Rendez-vous compte, le Tombeau des ancêtres est une zone neutre depuis la fin de la guerre entre la Draconie et l'Empire. Que cette partie du monde redevienne Xzia et qu'ainsi la pierre soit votre n'est pas possible.

- L'Empereur est conscient que cela risque de provoquer un conflit encore plus grand. Mais dans sa grande magnificence, nous vous apportons une proposition qui je suis certain vous satisfera pleinement.

Oogoe faisait partie du Corbeau une faction présente au sein de la Kotoba et qui jouait un rôle plus que particulier.

- En échange du retour du Tombeau des ancêtres dans l'Empire, nous vous accordons un droit de passage à vie sur ces terres. Et en plus de cela vos mages pourrons venir à Méragi étudier la Pierre, une fois que celle-ci y sera rapatriée, et seconder nos mages, ajouta Oogoe.

- De plus, coupa Kimiko, voici une somme offerte par l'Empereur en gage de présent. Nous savons que la Draconie souhaite ouvrir des écoles de magie, ceci pourra l'y aider.

Galmara savait que la proposition n'était pas dénuée d’intérêt, mais la contrepartie était trop faible.

- Vous êtes bien renseignés, cela ne m'étonne guère de vous ma chère. Je retiens cette proposition et accepte au nom de Dragon le présent de l'Empereur. Je vais de ce pas faire part de votre requête à qui de droit. Je vous convie à nous revoir demain afin de vous donner une réponse.

Galmara s'inclina devant ses invités et les laissa pour rejoindre dans une autre pièce plusieurs autres personnes arborant toutes les couleurs draconiènes. Il y avait là Anryéna et une autre personne dont le visage était caché par une large capuche bleue nuit.

- Seigneur Galmara, nous vous écoutons.

- Dame Anryéna, Seigneur Prophète, l'Empire de Xzia souhaite que le Tombeau des ancêtres repasse sous leur égide. En échange de quoi la Draconie aura accès, très probablement sous contrôle à la Pierre tombée du ciel afin de l'étudier.

Anryéna regarda en direction de Prophète, puis ce dernier pris la parole.

- Dragon a été formel, nul ne doit avoir cette pierre. Elle est le poison qui va ronger Guem et nous mener tous à notre perte.

Galmara fut perturbé en entendant Prophète. Il se connaissaient bien pour avoir eu de longues discussions par le passé, mais il ne reconnaissait ni le son de sa voie ni sa façon de se tenir. Mais sachant rester à sa place il ne dit mot à ce sujet.

- Très bien, mais la situation est délicate. Si la Kotoba et les Envoyés se sont soigneusement évités jusque là, nous parlons bien ici d'une probable guerre ouverte, dont nous sortirons tous perdants. Si je peux me permettre nous avons mieux à faire.

- C'est exact, répondit Anryéna.

A ce moment quelqu'un frappa à la porte et rentra. Il s'agissait de Marlok, mais celui ci était habillé au couleur de la Draconie. Il avança jusqu'à la petite troupe et mit genou à terre.

- J’ai identifié le “souci”. Nous pouvons vaincre la Kotoba si le plan ce déroule correctement.

Galmara ouvrit grand les yeux.

- De quel plan parlez-vous et depuis quand êtes-vous devenu membre des Envoyés ?

- Ceci est long à expliquer, et le temps nous manque cruellement, répondit le mage. Prophète, vous aviez raison les Combattants de Zil sont sous une emprise Néhantiste, certains d’entre eux, comme ce fut le cas pour moi n’agissent plus de leur propre chef. Nous pouvons les libérer et faire d’eux de puissants alliés.

Prophète avança jusqu’à la hauteur du mage.

- Lève-toi Marlok, tu as bien oeuvré. Tu regagnes ta place au sein du Compendium. D’autres risquent aussi de courtiser les Zil. Mets-toi en route avec Aerouant et pistez Télendar. Il ne doit pas être loin de son “maître”. Va, j’ai encore à parler avec le seigneur Galmara. Anryéna quitta la pièce en même temps que Marlok laissant Prophète et Galmara à leur discussions.

- Que pensez-vous des Nomades ?

- Je les ai côtoyé autrefois, il faut se méfier d’eux.

- J’ai peur qu’ils préparent quelque chose de grave. Seigneur Galmara, il va falloir user de ruse. J’ai une liste d’invités que je souhaite convier à une grande soirée, ici-même. Durant cette réception, il nous faudra découvrir des secrets et déjouer les complots qui se fomentent dans l’ombre.

Dans le couloir adjacent, Oogoe souriait. Oui, bien des complots se montaient...







Présage



Toran avait vaincu Akutsaï et emprisonné Akujin. Ne souhaitant pas abandonner son ancien élève, le vieux maître avait décidé qu’il était temps pour lui de revenir au temple de Yafujima et qu’enfin Aku devienne vraiment un membre de l’Ordre. Il l’avait quitté il y a bien longtemps, honteux d’avoir échoué dans sa tache de maître Tsoutaï. A présent, il était en paix. Il avait réussi l’épreuve que la vie lui avait imposée et, si on voulait bien de lui, alors il reprendrait sa place.

Leur arrivée ne passa pas inaperçue. Toran avait bien choisi son moment pour rentrer, car il était précisément l’heure de l'entraînement dans la cour. Les présents s’arrêtèrent, s’écartant pour leur laisser le passage. Les chuchotements se mirent à bourdonner jusqu’à ce que Toran et Aku furent de l’autre côté de la cour. Alors, tous attendirent les paroles du maître du Temple, le vénérable Zaoryu. Ce dernier n’en croyait pas ses yeux. Il fut autrefois un ami proche de Toran et avait eu le même maître. Toran s’inclina devant Zaoryu en présentant un rouleau fermé d’un sceau de papier.

- Voici le Cherchefaille dénommé Akujin, autrefois nommé Senjin. Je souhaite qu’il soit à nouveau gardé par les Tsoutaï de Yafujima.

Zaoryu accepta le rouleau et le confia dans la foulée à un Tsoutaï au regard assez froid. Puis à son tour il s’inclina devant Toran.

- Je suis heureux de te revoir mon ami, ta présence et tes enseignements ont beaucoup manqué. Je pense que nous avons à parler. Le jeune homme à tes côté est-il ton ancien élève, Aku ?

Aku n’avait pas prononcé le moindre mot depuis des jours. A présent libéré de son Cherchefaille il se rendait compte du mal qu’il avait causé et la honte s’était emparée de lui. Il répondit à la question de Zaoryu par une affirmation de la tête discrète.

- Vénérable, je souhaite finir de transmettre mes enseignements à Aku.

- Et tu souhaites donc rester ici et revenir parmi ceux que tu as abandonné ?

Toran se sentit mal. Oui, il les avait abandonnés.

- Mais nos enseignements sont tels qu’il ne nous est pas autorisé de vous refuser votre réintégration. Les blessures sont pansées et il faut désormais se tourner vers l’avenir. Toran ton erreur t’es pardonnée. Aku redevient ton élève...

Il fut interrompu par le cris de Aku.

- Maîtres, regardez, dit-il en désignant un immense oiseau qui passait au dessus d’eux. C’est un Cherchefaille !

Les Tsoutaï s’exclamèrent, aucun d’eux à part Aku n’avait ressenti sa présence, pas même Toran. Cela rappelait à tous quelle affinité avait le jeune homme envers le monde des esprits. L’oiseau, qui se trouvait être un Héron passa au dessus du temple et commença à s’éloigner.

- Toran, veux-tu suivre ce Cherchefaille et trouver pourquoi celui-ci se balade librement dans notre monde ? Surtout un Héron.

- Oui. Aku, reste là. Je reviens dès que je peux.

Le vieux Tsoutaï s’en alla rapidement avant de perdre la piste du Héron. En route, il se remémora une légende au sujet d’un Cherchefaille Héron.

Okïa, village Xziarite en bordure du tombeau des ancêtres. Hime avait été envoyées en tant que renfort auprès de la Kotoba et sur les recommandations du maître traqueur, Tsuro. Mais elle devait rester discrète car des informations lui indiquaient que des espions pouvaient surveiller les environs. C’était la nuit et elle patrouillait de toit en toit lorsqu’elle manqua de peu de louper sa réception. Elle se sentait observée. Mais il n’y avait pas l’ombre d’un quidam dans les rues à cette avancée de la nuit. Elle descendit pour se cacher le temps de voir si on ne la suivait pas. Or, c’était le cas, un vieux bonhomme déboula dans la rue, cherchant visiblement quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Elle attendit patiemment qu’il passe à son niveau pour lui bondir dessus. Hélas pour elle, le vieux était Toran, qui ne fut guère surpris, prévenu par ses Cherchefailles. Ces derniers sortirent au moment de l’agression pour le protéger. Hime fut très surprise et recula de quelques pas. A ce moment là apparu devant la jeune fille un immense Héron violet qui écarta ses ailes. Le Tsoutaï n’en revenait pas, la jeune femme non plus d’ailleurs.

Les esprits se calmèrent lorsque chacun reconnût l’ordre dont faisait partie l’autre. Puis le Héron disparut, voyant que Hime était sauve et la situation sans danger. Toran observa la jeune fille avec beaucoup d'intérêt et remarqua les tatouages violet caractéristiques d’un lien avec un Cherchefaille.

- Que me voulez vous vieux pervers ?, lui lança Hime voyant ses yeux se balader sur son corps. C’était quoi tout ça ??

- Comment as-tu obtenu ces tatouages ?

- Et bien, je les ai depuis toujours.

- Bien, voilà quelque chose d’intéressant. Je veux parler à Tsuro, je sais que tu peux le contacter et ta présence ici indique de toute façon que tu devais probablement être en route pour le rejoindre.

- Je ne vois pas de quoi tu parles.

- Tu fais la maligne. Mais je sais que tu sens sa présence depuis toujours, que parfois tu as des rêves ou des visions que tu n’expliques pas. Je peux t’aider à comprendre ce qui arrive, mais je dois parler à Tsuro.

Il avait raison. Elle connaissait de réputation les Tsoutaï et c’est vrai qu’elle n’avait jamais pensé à eux pour régler son problème.

- D'accord, je vais le faire.

Le lendemain en toute fin d’après midi, Ramen, le très célèbre vendeur de nouilles s’était installé sur la place du village. Hélas pour lui, ses deux seuls clients, pour cause de réquisition se trouvaient être Toran et Tsuro. Ramen devrait être honoré de leur présence dans son humble échoppe. Mais deux clients, c’était mauvais pour ses affaires. Mais là n’était pas le sujet.

- Que sais-tu de Hime ?

- Tout, ou presque. Elle a fait une sottise ?

- Non non, bien au contraire, je pense que sa destinée n’est pas celle qu’elle pense avoir.

- Soit plus clair veux-tu, les élucubrations des Tsoutaï sont toujours difficiles à comprendre.

- Hime est une Tsoutaï.

Tsuro ne parut guère étonné.

- Oui je le savais, mais ses talents sont au service de l’Empereur et l’Empereur souhaite qu’elle fasse partie de mes Traqueurs. Tu ne voudrais pas fâcher l’Empereur n’est ce pas ? De plus, j’ai beaucoup d’espoir pour son avenir au sein de mon ordre. Le vieil homme baissa la voix pour ne pas qu’Amaya, qui gardait l’entrée, ne l’entende. Plus tard, elle a de bonnes chances de prendre ma place.

- Mais si elle ne maîtrise pas son Cherchefaille, elle risque de provoquer des accidents et ainsi nuire à l’image de l’Empereur. Tu ne voudrais pas que l’Empereur apprenant cela se fâche non ?

Un silence pesant s’installa entre les deux hommes. Chacun ne voulait pas donner raison à l’autre. Mais c’est Toran qui trouva la solution.

- Hoshikage. Tu connais ce nom ?

- Pfff, oui, bien sur, il fut un de mes prédécesseurs, il y a plusieurs siècles de cela.

- Et il était aussi le seul faire partie de nos deux ordres.

- La situation était différente.

- Non, pas différente. Je pense qu’Hime est sa descendante, je n’en sais pas plus pour le moment, mais le Cherchefaille d’Hoshikage était un Héron, comme celui de Hime. Je te propose qu’elle suive donc nos deux enseignements. Je n’avais pas ressenti une telle puissance depuis Aku, et cette fois-ci je ne compte pas faire d’erreur. Réfléchis donc au potentiel qu’elle peut apporter à l’Empire.

Tsuro se grattait la barbe.

- J’ai besoin d’elle pour une mission. Mais, dans un mois, je te l’enverrai.

Avec beaucoup d’ironie, Toran répondit.

- Je suis sur que l’Empereur ne sera pas fâché.







Le Bal des courtisans



Kastel Drakren, plusieurs semaines après la rencontre entre le seigneur Galmara et les Envoyés de Noz’Dingard...

Comme convenu, il avait porté la nouvelle à une liste au combien particulière d’invités prestigieux. Tous jouaient de grandes batailles, mais point d’armée pour eux, seule la parole leur servait à vaincre. L’intrigue, la politique et les complots étaient le quotidien de ces hommes et femmes. Galmara savait que réunir toutes ces personnes lors d’une soirée donnerait un évènement dont tous se souviendraient. Depuis, il avait reçu de nouvelles consignes suite au refus de laisser l’Empire de Xzia redevenir maître du Tombeau des anciens. Il devait désormais se focaliser sur les gens venus du désert, empêcher la Kotoba d’avoir de nouveaux alliés, et voir si les Combattants de Zil pouvaient, ou non, servir les intérêts de Dragon, rien d’inhabituel en somme.

Tous avaient répondu présents et la soirée s'annonçait passionnante. Oogoe Kage, Kimiko, Hasna, Marlok, Angélique et Masque de fer avaient fait le déplacement jusqu’au château et chacun d’eux étaient un redoutable adversaire. Galmara les accueillit dans la grande salle de bal. Il y avait aussi des notables des environs ainsi que les gens de compagnie des courtisans. Il allait commencer son discours de bienvenue, comme le voulait le protocole, lorsque le portier annonça une nouvelle personne.

- Dame Ishaïa, envoyée du Conseil.

A ce nom tous se retournèrent. Galmara fronça les sourcils, cette personne n’était pas invitée, surtout pas elle. Ishaïa faisait partie du Conseil, une guilde co-créée par les puissances de ce monde afin de réguler les autres guildes. Son pouvoir était au moins aussi grand que celui d’une nation et les décisions du Conseil devaient être respectées sous peine de terribles représailles. Enfin, le Conseil était le seul à autoriser la création de Guilde et le seul à pouvoir les dissoudre.

Ishaïa était probablement l’une des personnes les plus craintes de ce monde. Sa beauté fatale cachait un esprit vif et une intelligence redoutable. Et, ce soir là, aucune autre femme ne pouvait se vanter d’être son égale. Avançant au milieu des convives elle salua au fur et à mesure ceux qu’elle connaissait. Galmara s’empressa d’aller à sa rencontre pour ne pas faire d’erreur. Ne pas accueillir convenablement un membre du Conseil en cette soirée pouvait provoquer des vagues. Le baise-main fut de rigueur.

- C’est toujours un plaisir que de recevoir un membre du conseil.

- Pas de balivernes, seigneur Galmara. J’ai eu vent de cette petite réception, vous ne m’en voulez pas, j’espère, de m’y être invitée.

- Certainement pas, vous n’avez nul besoin d’invitation.

- C’est exact. Mais, très cher, j’ai vu que vous alliez ouvrir la soirée. Je vous en prie, faites donc.

Le courtisan regagna l’estrade avec rapidité.

- Chers amis, le monde aujourd’hui est au bord de la ruine. Nous savons tous qu’il ne tient qu’à nous de trouver une solution diplomatique. Nous avons tous des connaissances, des amis, de la famille qui en ce moment même s’inquiètent pour leur avenir. C’est pour cet avenir que vous êtes là ce soir. Il est temps que nous retrouvions confiance les uns en les autres.

Tous applaudirent, pour beaucoup par politesse plus que par conviction. Une douce musique commença et des servants entrèrent en salle, apportant alcools raffinés et mets succulents. Et les discussions d’usage débutèrent.


Dans leur coin, Masque de fer et Oogoe se donnaient les dernières nouvelles.

- Marlok a réussi.

La voix de Masque de fer était rauque et semblant venir de très loin. Le courtisan Corbeau jouait avec une plume noire de geai.

- C’est à la fois une bonne chose et une mauvaise. S’il a restitué les pierre-coeur aux Zil, il a déjà commencé à les mettre de son côté.

- Oui, pour une fois, les Envoyés ont brillé. C’est un réel exploit que de reprendre à un Nehantiste des pierres-coeur noircies. Il m’a fallu beaucoup d’efforts pour que Marlok joue son rôle. Mais c’est fait, comme prévu.

- Désormais il faut faire en sorte que les Zil gardent leur indépendance. Et pour ça, j’ai une solution à apporter.

- Quelle est-elle ?

Oogoe sorti alors un parchemin d’une de ses nombreuses poches cachées.

- Ceci est un acte de propriété. Le Corbeau offre aux Zil un morceau de terre tout prêt de la frontière avec le Tombeau des ancêtres. Je sais bien que vous aimez voyager à travers le monde, mais cet endroit pourrait vous donner un pied à terre solide et vous permettrait d’être chez vous. Masque de fer faisait tourner un délicieux vin d’Yses dans son verre de cristal. Finalement il attrapa le papier.

- Les Combattants de Zil n’oublieront pas ce geste.


De son côté, Marlok voulait en savoir plus sur cette Ishaïa. Son nouveau rôle au sein des Envoyés le plaçait devant des situations inconnues. S’il avait déjà entendu parler du Conseil, il n’avait jamais croisé un de ses membres. Voyant que peu de personnes l’avait invitée à danser, il se lança.

- M’accorderiez-vous cette danse, ma Dame ?

- Volontiers, ils pensent tous que je dois mordre parce que je suis du Conseil, dit-elle en saisissant la main.

Marlok ne vit pas le regard noir d’Angélique qui en cet instant mourrait de jalousie. Les danseurs tournoyaient à un rythme relativement lent, ce qui leur laissa le temps de discuter.

- Vous êtes Marlok n’est ce pas ? J’ai entendu parler de votre si singulière histoire.

- Triste histoire, heureusement pour le moment elle se termine bien.

- J’ai lu le rapport que Prophète a envoyé au Conseil, et de votre coup d’éclat. Impressionnant.

- Je vous remercie du compliment.

- Je sais donc que les vôtres, et donc que vous, avez affronté un Nehantiste.

Marlok cessa de danser.

- Allons parler de ça un peu plus loin, voulez-vous, lui dit-il en lui tendant le bras, qu’elle saisit en toisant l’assemblée d’un regard espiègle.

Sur l’un des nombreux balcons du château, les deux courtisans continuaient leur discussion. Au loin, la pierre tombée du ciel luisait faiblement comme si une étoile brillait sur Terre.

- Vous permettez ?

Marlok fit apparaître cinq petits cristaux bleutés.

- Rassurez-vous, c’est uniquement pour que nos paroles restent entre nous.

Ishaïa acquiesça et le mage plaça à distance égale les cinq cristaux au sol autour d’eux. Puis, d’un geste, ces derniers lévitèrent et une sorte de bouclier magique bleuté se forma, tel une bulle.

- Voilà nous pouvons parler librement. Que voulez-vous savoir ?

- Ce n’est pas tant ce que je veux savoir l’important, mais ce que je vais vous apprendre. Voilà déjà plusieurs mois que nous observons des comportements inquiétants au sein des guildes. Ce qui s’est passé avec les Combattants de Zil n’est pas isolé. Le nom de Nehant revient sans cesse et votre dernier rapport le confirme. Nous pensons qu’un ou plusieurs Nehantistes profitent du conflit de la Pierre Tombée du Ciel.

- Nous avons affronté un Nehantiste effectivement, mais nous ne l’avons pas vaincu, seulement fait fuir. S’il y en a plusieurs, j’ai bien peur que nous ayons beaucoup de soucis si nous devions les affronter.

La jeune femme prit un air sérieux.

- Le Conseil souhaite vous confier une mission, dit-elle en attrapant un des rouleaux attachés à sa ceinture.

Marlok fut surpris.

- Pourquoi moi ?

- Parce que vous avez l’expérience, la maturité et les dons nécessaires. Il nous faut le plus de renseignements possibles sur ce qu’il se passe en coulisses. Nous voulons des noms et surtout nous voulons savoir ce qu’est devenu Eredan.

- Rien que ça ! s’exclama t-il sur un ton ironique. Vous pensez sérieusement que tout seul je vais pouvoir agir au mieux ?

- Non, pas tout seul. Il y aura d’autres personnes qui auront la même mission que vous. Pour le moment et pour des raisons de sécurité, nous préférons que chacun garde l’anonymat.

- De toute façon, je n’ai guère le choix. Je dois me plier aux ordres du Conseil. Mais je suis lié à Dragon et Dragon saura ce qui se trame. Je doute que vous puissiez lui interdire de mêler les Envoyés de Noz’Dingard à cette histoire.

- Dragon sait déjà et nous avons convenu que pour le moment il n’interviendrait pas.

Marlok soupira puis ouvrit le parchemin et déroula l’ordre de mission. Après avoir parcouru son contenu, il le rangea.

- Je me mets en route dès demain.

- Alors si l’affaire est entendue, j’ai encore envie de danser.

Le mage annula son sort et tous deux rejoignirent l’assemblée.

- Une dernière chose, méfiez-vous de ces deux là, dit-elle en montrant Masque de fer et Oogoe.







Mort et renaissance



Prophète gisait allongé sur une table de cristal disposée au milieu de la grande place de Noz’Dingard. Le peuple était en deuil car désormais il n’avait plus de meneur. Anryéna, les yeux rougis par les larmes incessantes serrait la main de son fils. Autour d’eux, le silence n’était perturbé que par les pleurs des femmes. Kounok désormais de taille adulte dépassait de très loin tous les présents. Il se rendit compte, en voyant que quasiment toute la ville était venue, à quel point son frère était aimé. Naya et l’ordre des Sorcelames presqu’au complet saluait sa mémoire.

Tous lui dirent adieu.

Comme le veut la tradition, la nuit tombant sur Noz’Dingard, la foule s’éparpilla et, très vite, il ne resta plus qu’Anryéna et Kounok. Alors l’immense gemme bleue, point central de la vie en Draconie s’illumina. Une forme se dessina, d’abord simple lueur bleutée elle se matérialisa en un majestueux et immense dragon. Il se posa alors à proximité du défunt. Un halo apparut autour de Prophète et un double spectral sortit de lui. Anryéna semblait à la fois heureuse de revoir son fils, mais elle savait que c’était là sa dernière apparition.

- Ton existence est arrivé à son terme, je suis venu te chercher pour t’accompagner jusqu’à ta dernière demeure.

Prophète s’approcha de sa mère et, de sa main fantomatique, lui caressa la joue. Anryéna pleura de plus belle.

- Mère, retient tes larmes. Je serais toujours auprès de toi et Dragon va veiller sur moi.

- Je sais mon fils, je sais. Mais une mère a le droit de pleurer la mort de son enfant.

Kounok n’avait pas bougé d’une écaille et regardait son frère avec insistance. S’il avait pu parler, il lui aurait dit combien il allait lui manquer. Comme si Dragon avait su lire en lui, ce dernier approcha son immense tête.

- Es-tu prêt à prendre la relève Kounok ?

Anryéna protesta alors vivement.

- Quoi ? Me prendre un de mes enfants ne te suffit pas père ? Tu veux à présent faire prendre des risques inconsidérés à ton dernier petit fils.

Mais Kounok comme pour répondre regarda Dragon et acquiesça de la tête.

- Il a fait son choix ma fille. La Draconie a besoin d’un guide et, en cette ère de conflit, un nouveau Prophète doit apparaître.

- Mais Kounok n’est pas un mage. Or, tous les Prophète l’ont été auparavant.

- Il en est ainsi. Tes tentatives pour me dissuader sont vaines.

Anryéna baissa la tête.

- Mon frère, je sais que tu feras un Prophète fort et sage. Tu réussiras là où j’ai échoué.

L’ancien Prophète plaça sa main droite sur le museau de Kounok.

- Je te transmet la volonté de ceux qui nous ont précédés. Que leur sagesse et leurs connaissances soient tiennes.

A ce moment-là, une aura blanche enveloppa Kounok qui se sentit aussitôt comme assailli par des émotions et des images qui lui étaient inconnues. Dragon murmurait des paroles dans un langage inconnu. Kounok se transforma alors... en homme. L’aura blanche cessa peu à peu. Son incroyable ressemblance avec son frère était frappante. Il regarda ses mains puis toucha son visage en souriant. Il se racla la gorge et, pour la première fois de sa vie, put enfin s’exprimer par autre chose que par des grognements ou par le biais de la magie.

- Adieu frère, tu resteras à jamais dans mon coeur et dans celui de ceux qui t’ont connu.

Le fantôme de l’ancien Prophète disparut alors.

- Un Prophète part, un autre arrive. Comme tes prédécesseurs, un nouveau Chevalier dragon apparaîtra pour t’aider dans ta tâche.

- J’ai une bien meilleure idée, répondit Kounok.

- Je t’écoute, Prophète.

- Je ne souhaite pas de nouveau Chevalier dragon. Bien qu’il ait failli à sa tache, je veux garder Zahal auprès de moi.

- Si c’est là ton choix, je l’accepte.

- Ce n’est pas tout. Je souhaite aussi porter ce titre, car je ne suis pas mage comme mon frère, j’irais au combat l’épée à la main.

- Mais, cela va à l’encontre des règles, s’exclama Anryéna.

- Mère ! Les règles nous ont conduit à l’impasse. Il est temps de passer à autre chose et de montrer que notre peuple sait aussi se battre.

- Soit, je t’accorde ce droit.

- Encore une chose. Il me faut Chimère.

A ce nom, s’installa une sorte de malaise. Chimère était autrefois l’épée d’Ardakar qui restera comme le plus puissant des Chevaliers Dragon. C’est en partie grâce à lui que la Draconie l’emporta sur l’Empire de Xzia. Hélas Chimère, son épée fut l’instrument de sa chute lorsque la guerre contre Nehant éclata. L’épée fit faire des mauvaises actions à son porteur. Pour se débarrasser de l’emprise qu’avait Chimère sur lui, il n’eut d’autre choix que de la briser. Plus personne ne le revit jamais après ça. Le Prophète d’alors récupéra les morceaux de Chimère afin de les garder à jamais enfermés. Une épée apparut alors dans la main de Kounok. Sa lame de cristal était brisée et sa garde était usée.

- Dragon ! Pourquoi lui confier un tel instrument de mort ?

- Ma fille, je n’ai rien fait.

- Incroyable ! Elle est venue d’elle même !

- Elle n’est plus que le reflet de ce qu’elle fut jadis. Mais je sens qu’elle te sera utile.

Kounok regardait Chimère avec intérêt, il ne l’avait jamais vue ailleurs que dans un livre. Il espérait qu’elle devienne le symbole de la puissance militaire de la Draconie.

Plusieurs semaines passèrent et Kounok assurait pleinement ses nouvelles fonctions. Voilà quelques jours qu’il souhaitait repartir au Tombeau des Ancêtres et rejoindre les Envoyés, mis au courant de la nomination par Dragon de Kounok au rang de prophète. Mais le destin voulut que ce soit les Envoyés qui reviennent, du moins en partie, à Noz’Dingard. Prophète était en grande discussion avec quelques conseillers lorsqu’un garde lui apporta un message. Aerouant, Alishk et Zahal venaient d’arriver en ville et rapportaient avec eux Marlok le traître. Il les fit donc mander afin de les recevoir dans la grande salle. Zahal rentra en premier, tête basse, il savait qu’il allait être puni pour sa faute, suivi d’Alishk, de Marlok, maintenu prisonnier par des liens magiques, et enfin d'Aerouant qui en voyant Prophète fut déstabilisé. Kounok ressemblait tant à son père.

Zahal jeta Marlok au sol.

- Seigneur voici Marlok le t...

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Chimère apparue dans la main de Kounok. Guidés par leurs instincts, ils avaient immédiatement vu une présence derrière Marlok, avec entre eux un lien étroit. Prophète frappa la présence avec rapidité et précision, coupant le lien invisible. Marlok perdit connaissance à cet instant. Une forme noire et vaguement humaine se forma.

- Aaahhhh, un nouveau Prophète... Tes jours sont comptés...

Puis la forme s’évapora.

Zahal, Alishk et Aerouant étaient abasourdis par la scène qui venait de se produire.

- Qu’est ce que c’était ?, demanda Aerouant.

- Je ne suis pas certain, mais j’ai bien l’impression que je viens de libérer Marlok de l’emprise d’un Nehantiste.

Zahal regardait l’épée de son nouveau chef, elle lui disait quelque chose. Puis ses souvenirs lui revinrent. Oui, il l’avait déjà vue, cette lame brisée... Chimère ! C’est à ce moment qu’il sentit que Prophète était aussi un Chevalier Dragon, ce qui l’affligea au plus haut point. C’était cela sa punition, allait-il perdre son statut ?

Le lendemain, Marlok avait repris connaissance. Bien sûr, il était enfermé dans une des cellules de la prison de la ville, bien gardé par deux Sorcelames. Mais de cela il se moquait bien car enfin il parvenait à penser par lui-même.

- Alors traître, tu es réveillé ?, la voie d’Anryéna symbolisait bien son sentiment du moment : la colère. Tu sais ce qui t’attend ?

Marlok se leva avec nonchalance et s'épousseta.

- Tu sais, je viens de vivre plusieurs mois sous l’emprise d’un Néhantiste. Tu peux bien me laisser croupir ici jusqu’à la fin de mes jours.

- Que... quoi ?

Marlok comprit aussitôt. Kounok ne lui avait rien dit.

- Je vois que ce Prophète-là se permet de te cacher des choses importantes. D’un autre côté c’est vrai qu’il est très différent de son frère.

- Je verrai avec lui.

- Voir quoi, mère ?, dit Prophète alors qu’il entrait dans la salle des cellules.

- Pourquoi vous ne lui dites pas tout, répondit Marlok.

Kounok regarda les Sorcelames.

- Veuillez nous laisser, je vous prie.

Sans bruit, les deux jeunes femmes quittèrent la salle.

- Je sais ce que vous avez fait par le passé Marlok. Voler des informations et des sorts interdits de cristalomancie sont des crimes graves. Mais je sais que vous avez toujours gardé ça pour vous. Ma mère vit dans ce passé et n’est pas capable de pardonner. Vous avez déjà été puni et je ne rajouterais qu’une chose. Vos fautes sont lavées, aujourd’hui plus que jamais la Draconie et les Combattants de Zil ont besoin de vous.

- Si j’ai été sous l’emprise d’un néhantiste, eux le sont probablement aussi n’est ce pas?

- C’est ce que j’aimerais savoir, ajouta Prophète en ouvrant la porte de la cellule.

Anryéna était blessée et en colère, mais comprenait que l'intérêt de la Draconie exigeait d’elle qu’elle ne fasse rien.

- Je vous renvoie parmi les combattants. J’aimerais que vous utilisiez ceci. Kounok tendait un monocle usé.

- Ceci a été fabriqué par Asal d’Arguemand, l’illustre inventeur de la cristalomancie. Il a été fabriqué durant la guerre contre Néhant afin de repérer les gens qui étaient sous emprise. Il vous appartient désormais. Vous êtes libre de faire ce qu’il vous plaît. Vous pouvez parfaitement ignorer, bien que cela m’étonnerait, la possession de vos amis Zil ou bien fuir. Ou vous pouvez revenir à vos racines et gagner votre place au sein des Envoyés. A vous de choisir votre chemin.

Marlok avait perdu plusieurs mois de sa vie et son golem bien aimé, qui lui avait d’ailleurs valu son renvoi du Compendium. Plus rien ne le rattachait désormais à cette vie d'errances. Par contre, il ne pouvait se résigner à abandonner les Zil à leur sort. Eux qui l’avait recueilli lorsqu’il n’avait plus d’endroit ou aller...








Retrouvez toutes l'histoire Tombée du ciel sur le wiki officiel : Tombée du ciel



Dernière édition par Laharl le Dim 31 Oct - 20:09, édité 1 fois

6 Re: [Histoire] Tombée du ciel le Dim 31 Oct - 20:06

Laharl

avatar
Admin
Admin
Abandonnée



Ergue était fatigué. Son combat contre Tsuro et les Sorcelames lui avait demandé une attention de tous les instants. Il n’avait pas réussi à maintenir son état d’Abomination suffisamment longtemps pour les vaincre et la fuite était la seule solution qu’avait trouvé le chasseur Zil. Ses compagnons Soriek et Granderage étaient partis de leur côté pour brouiller les pistes. Depuis plusieurs semaines, ils dormaient dans les environs et jouaient à la guérilla, tantôt avec les Envoyés de Noz’Dingard, tantôt avec la Kotoba.

Ergue s’abreuvait à la rivière passant de l’autre côté de la forêt. Il vit alors coincé entre deux gros cailloux un morceau de tissu gris, puis le courant fit passer un autre morceau devant lui. Interloqué il jeta un œil un amont. Il vit plus haut une forme allongée sur la berge, à moitié dans l’eau glacée.

- Va voir. Chuchota une voix dans sa tête.

Il se releva et alla donc voir ce que cette chose pouvait bien être. Il devina en s’avançant qu’il s’agissait d’une personne. Ses habits étaient à moitié déchirés, Ergue releva un morceau de sa cape qui cachait en partie le visage de sa trouvaille. Il reconnu immédiatement à qui il avait à faire. Cette étoffe grise, ce masque si particulier, bien qu’il n’en ai jamais croisé, Ergue en était certain, c’était le Traquemage ! Mais pourquoi était-il dans cet état ? Et surtout... Le T.R.A..Q.U.E.M.A.G.E !!! Voilà une découverte sensationnelle, la réponse à bien des questions sur les origines d’un des plus célèbres assassins du monde. Ergue retourna le Traquemage qui était face contre terre, les formes sous le costume ne trompaient pas, c’était une femme. Des mèches de cheveux dépassaient de son masque presque entièrement déchiré, et le reste du costume n’était guère mieux. Le chasseur Zil en profita pour lui attacher les mains. Il décida de la ramener au campement, les autres sauraient probablement quoi faire avec elle.

En cours de route, la Traquemage se réveilla et prit doucement conscience qu’elle était trimballée comme un sac à patates. Ni une ni deux ses réflexes prirent le dessus. Un coup de genou dans le plexus, enchainé d’un coup de pied extrêmement bien placé et la voilà libre. Elle se mit alors à détaller comme un lapin. Hélas pour elle, Ergue était un chasseur et face à une proie en partie ligotée il n’eut pas de mal à la rattraper. Cette dernière se débattait avec rage et férocité, mais malgré cela, elle finit tout de même saucissonnée. Durant son retour au camp, Granderage rejoignit la petite troupe et fut fort intéressée, et il faut bien l’avouer un peu jalouse, de l'intérêt porté par son camarade Zil à ce “paquet”.

- Quesss que cessss ??

- J’l'ai trouvé au bord d’une rivière. C’est le Traquemage.

- Le quooi ?, dit-elle, l’air innocent.

- Tu sais bien, te fout pas de moi, compris, je suis pas spécialement d’humeur, rajouta-t-il en se tenant les côtes.

Un plus tard au campement Zil. Il n’y avait pas grand monde. Seul Abyssien, fidèle à son poste, gardait les lieux.

- Ah, Ergue, je commençais à m’inquiéter de ta présence. Soriek n’est pas avec toi, enfin avec vous puisque Granderage est là.

- Non, je sais pas où est passée cette barrique, mais il a intérêt à vite rentrer.

- Tu m’as l’air bien énervé, est-ce en rapport avec ce que tu as sur ton épaule et qui gigote ?

- Oui. Et il jeta sa prise sur l’un des nombreux coussins.

Abyssien se pencha sur la jeune femme qui grognait autant qu’elle pouvait. Il remarqua le costume et le reste de masque.

- Où l’as-tu attrapée ?

- Je l’ai trouvée au bord de la rivière à quelques heures d’ici. Elle était inconsciente.

Le chef des Zil s’adressa alors au Traquemage.

- Je vais vous libérer, nous ne vous voulons pas de mal, juste savoir ce qui vous est arrivé. Nous voulons vous aider. Vous ne pourrez pas sortir de ce chapiteau, je le scelle magiquement dans ce but. Avez-vous compris ? Le Traquemage fit oui de la tête et Abyssien après avoir clos les accès au chapiteau la détacha. Cette fois, elle ne fit aucun mouvement, mais des larmes coulait sur ses yeux.

- Êtes-vous réellement le Traquemage ?

- Je...

- Ne vous en faites pas, tout ce que vous allez dire restera entre nous.

- Je ne suis pas le Traquemage, mais j’aurais dû le devenir.

- Ah ? Vous alliez le remplacer ?

- Non, j’allais en devenir un, dit-elle avec une pointe de colère et d'amertume.

- Que voulez-vous dire par là ? Il y aurait plusieurs Traquemage ?

- Oui, nous... enfin ils sont nombreux à porter le costume.

Abyssien se retourna vers ses camarades.

- Apportez donc de quoi sustenter notre invitée.

Alors que Granderage et Ergue allaient chercher ce qu’il fallait, le chef des Zil en profita pour lancer un sort du Temps passé qui lui permettait de voir quels évènements avaient conduit cette jeune femme là où elle en était. Ce qu’il découvrit était une sacrée révélation. En effet, des images distinctes montraient plusieurs personnes en costume de Traquemage. Elles étaient toutes plus ou moins de la même taille. Elles entouraient la jeune femme comme dans une sorte de rituel. L’un d’eux s’avança alors.

- Je prends cette élève sous mon aile, je lui inculquerai nos secrets, je lui apprendrai à traquer et à tuer nos cibles sans jamais se faire prendre.

Un autre s’avança alors.

- Sombre, je prend ton nom car il n’est plus. Aujourd’hui tu es un Traquemage, tu serviras l’organisation jusqu’à la mort.

Un autre encore, qui avait un masque entre les mains le lui mit sur la tête.

- Allez maintenant, vos premières cibles sont désignées.

La scène s’arrêta là. Abyssien comprenait maintenant comment était bâti la réputation de ce célèbre assassin.

- Alors, Sombre, comment t’es tu retrouvée dans cet état ?

- J’ai été abandonnée par mon maître. La mission sur laquelle on nous avait envoyée a mal tournée et j’ai dû affronter plus fort que moi. J’ai failli. Mon maître m’a cru morte et il m’a laissée. De toutes façons, un véritable Traquemage se serait sorti d’une telle situation. Mais nos règles sont strictes, lorsqu’un Traquemage tombe, celui qui l’accompagne doit s’occuper de régler le souci. Tuer et faire disparaître le corps d’un Traquemage qui a failli fait partie des règles.

- Et bien, on ne doit pas rire tous les jours dans cette organisation. J’ai encore quelques questions, après, promis, je te laisse tranquille. Pourquoi me révèles-tu tout ça ?

- Parce que je les déteste !

- C’est une raison suffisante. Et donc, maintenant que tu n’es plus Traquemage, que vas tu faire ?

- Je sais pas.

- Les gens qui ne savent pas où aller sont les bienvenus. Reste avec nous le temps que tu voudras, Sombre, je suis sûr que tes talents seront très appréciés. Nous pouvons apprendre de toi, et nous, nous te protégerons des Traquemages si besoin est. D’ailleurs, ceux avec qui je souhaite que tu ailles arrivent.

En effet, après qu’Abyssien ait réouvert la porte, entrèrent Sangrépée, Sansvisage et Kolère...








L'Ambassadeur



Le campement Xziarite avait retrouvé son calme. Les lueurs des torches éclairaient sa tente d'une douce lueur rouge. L'encens baignait le lieu d'une odeur suave. Gakyusha profitait de l'accalmie pour prendre un repos mérité. Une fois de plus, l'Empereur serait satisfait de ses services.

Soudain, une voix tonna à l'extérieur :

- Monseigneur ! Nous avons un problème.

Las, Gakyusha soupira. Se redressant de sa couche, il sortit de sa tente.

Avisant la sentinelle à genoux devant l'entrée :

- Que se passe-t-il ?

- Un heu... un être étrange s'est présenté à l'entrée du camp. Il réclame une audience.

- Un être ? S'agit-il d'un draconien ou d'un de ces forbans de Zil ?

- Ni l'un ni l'autre, monseigneur... Il dit parler au nom de la forêt.

- De la...? Allons bon... Je suis curieux de savoir ce que nous veut cet énergumène. Fait prévenir mon fils et Asajiro. Qu'ils se tiennent prêts au cas où il s'agirait d'une nouvelle fourberie Zil.

La sentinelle escorta Gakyusha jusqu’à trois sièges dressés un peu à l’écart de son campement. Sur celui du milieu était assis Ergue le dresseur, un peu plus à l’écart se tenait Soriek, le colosse bleu sur lequel Tsuro avait fait un rapport. Grandrage se tenait probablement à proximité dissimulée parmi les ombres des arbres.

Mais le plus surprenant dans cette rencontre était l’être étrange qui faisait face aux trois sièges. Sur sa droite, se tenait un Hom’Chai à la carrure impressionnante, le visage marqué de peintures rouges. Une grosse lance terminée par une lame d’ambre taillée était plantée dans le sol juste derrière lui. Mais l’être qui semblait avoir organisé cette rencontre était totalement inconnu du Xziarite. Il avait une physionomie plutôt chétive, pas très grand et peu musclé, ses grands yeux pales étaient dénués de pupilles et, surtout, il n’avait pas de bouche. Juste vêtu d’un pagne de feuillage et de lianes qui couraient sur son corps comme si la nature elle-même voulait le protéger des agressions. Dans sa main reposait un bâton terminé par une sorte de lune en ivoire taillée au centre de laquelle se trouvait une petite créature nimbée de flammes bleutées.

Ergue se tourna vers Gakyusha. Ce dernier lut dans son regard qu’il semblait aussi surpris que lui de l’étonnant déroulement des évènements. La voix résonna dans sa tête aussi claire que s’il l’avait entendu :

- Salut à vous Seigneur Gakyusha de l’Empire de Xzia. Je suis Parlesprit, je parle au nom du peuple Eltarite. Si nous avons souhaité vous rencontrer aujourd’hui, c’est pour vous faire savoir que les terres que vous foulez ne vous appartiennent pas. Elles ont été un territoire du peuple des forêts bien avant l’existence de vos nations respectives.


D’abord interloqué, Gakyusha éclata de rire...

- Vous plaisantez ? Le Tombeau des Ancêtres se dispute entre les draconiens et l’Empire depuis bien longtemps. De plus, la nation dont vous vous prétendez être le porte-parole nous est totalement inconnue. Je doute même que le Conseil ait connaissance de votre existence. Autant vous dire que votre entreprise est vouée à l’échec.

- Nous serions navrés de devoir user de nos pouvoirs pour protéger nos terres résonna la voix du Daïs. Nous l’avons déjà fait par le passé et nous sommes prêt à le refaire lorsque le danger est grand.

- Allons coupa Ergue, les conflits qui ont lieu ici n’engagent que peu d’hommes et ne s’enfoncent pas trop loin dans la forêt. Ne me dîtes pas qu’ils vous nuisent autant ?

- Le plus grand danger ne vient pas de ce conflit à proprement parler mais plus exactement de cette écharde dans la surface de notre monde. Le Daïs pointa son bâton en direction de la pierre tombée du ciel. Aussitôt, comme un mirage en plein désert, l’air se voila. La Pierre tombée du ciel brillait tel un ersatz de soleil. Le sol lui, semblait en feu et profondément blessé. En réalité la terre pourrissait comme une infection provoquée par un corps étranger.

- Bon sang murmura Ergue en se passant la main sur le front. Je commence à comprendre, murmura-t-il.

- Et alors, répondit Gakyusha, cette pierre est un enjeu. Nous ne saurions la transporter loin d’ici sans des outils et des hommes. Malgré notre suprématie dans le conflit actuel cette pierre suscite de plus en plus d'intérêts. Je ne peux prendre une telle décision sans l’aval de l’Empereur et des renforts pour protéger les ouvriers.

Le seigneur impérial se leva.

- Votre message est passé Parlesprit, mais je doute que votre nation insignifiante ait les moyens de se faire entendre.

- Soit, seigneur impérial. Je rapporterai vos paroles aux miens. Qu’il en soit ainsi.

Parlesprit recula avec son garde du corps, hors de la lumière du feu. Des myriades de lucioles s’élevèrent du sol allant jusqu’à masquer le Dais et l’Hom’Chai à la vue de leurs interlocuteurs. Lorsque le nuage de luciole s’éparpilla, il ne restait plus aucune trace d’eux.

De retour dans sa tente Gakyusha se recoucha. Allongé sur sa couche, il prit quelques instants pour réfléchir. Que représentait réellement cette pierre pour que tant de gens s’y intéressent. Ce peuple inconnu pouvait-il représenter un danger ? Il en doutait mais son expérience le poussait à se méfier des gens qui venaient ouvertement énoncer leur volonté face à leurs ennemis. Soit ils étaient fous, soit ils étaient sûrs d’eux.

- Tsuro !, dit-il dans le silence de sa tente. Est ce que tes traqueurs ont pu pister les émissaires des forêts?

- Non mon seigneur, nous avons perdu leur piste dès qu’ils ont atteint la forêt, répondit le traqueur depuis les ombres de la tente.

- Que sais-tu sur ce peuple Eltarite ?

- Peu de choses mon seigneur. Nous savons que de petites tribus Hom’ Chaï et Elfines sont éparpillées aux abords de la forêt. Il leur arrive de faire commerce de plantes, de bijoux d’ambre et de leur chasse mais ils n’ont que peu de contacts avec notre nation. J’ignorais qu’ils faisaient partie d’un regroupement de tribus, ni qu’ils pouvaient obéir à un autre peuple.

- Bien... Ce sont donc probablement des fous.


Ergue marchait dans l’obscurité d’un pas rapide. Ses dons d’affinité animale lui permettant de voir aussi bien dans l’obscurité qu’en plein Soleil. Si seulement Marlok était encore des leurs il aurait pu l’éclairer sur la visite de ce soir. Mais une chose était certaine, contrairement a ce prétentieux de Gakyusha, il ne ferait pas l’erreur de sous estimer le peuple des forêts. Il avait mis un moment à retrouver ce qu’il savait sur les Daïs. Dans ses voyages au cœur des peuplades les plus primitives de ce pays, il en avait entendu parler sans jamais en voir aucun, vénérés comme des dieux par tous les peuples proches de la nature. Les légendes racontaient qu’ils disposaient de grands pouvoirs magiques, qu’ils étaient la volonté de la nature, que toutes les formes de vies leur obéissaient. Si tel était le cas, un nouvel adversaire puissant allait entrer dans le jeu.

Le bloc d'ambre baignait la pièce d'une douce lueur dorée. Le Kei'zan de la vie, l'air mélancolique, s'abîmait dans la contemplation du monolithe. Poussant un soupir, il s'approcha de la pierre et posa sa main rugueuse à sa surface. La voix résonna aussi tôt dans sa tête :

- Alors mon frère, les hommes ont-ils été à la hauteur des tes espérances ?

- Hélas non, exprima silencieusement le Kei'zan. Notre tentative de raisonner cette espèce a échoué. J'avais envoyé Parlesprit accompagné de Marquerouge et de quelques-uns de nos éclaireurs pour entamer le dialogue avec les combattants humains mais nous n’avons rencontré que le mépris et l’indifférence.

- Je t'avais prévenu, ces enfants ne comprendront jamais rien, libère-moi et crois-moi qu'ils vont se rappeler pourquoi leurs ancêtres avaient peur de la forêt.

- Non, sonna mélancoliquement la voix du Kei'zan. Tes actes passés t'ont condamné à cette prison et tu y demeureras jusqu'à la fin des temps. La colère de la forêt s’éveille, ils comprendront très bientôt qu’ils ne sont pas ici chez eux.








La Momie



150 ans avant que la pierre ne tombe du ciel, le désert d’émeraude est en proie à une guerre civile.

Les touaregs du sud, soutenus par les Cheikhs Azine, et la Prêtresse de Ptol’a défiaient la suprématie du culte de Sol’ra. Les conflits avaient mené à des batailles fratricides où les partisans de chaque camp pouvaient faire partie de la même famille.

Arriva le moment où les deux puissances furent de puissances égales. L’ultime affrontement eut lieu entre les polythéistes qui, pour une fois, s'entendirent pour mener un front commun contre les monothéistes de Sol’ra, dont les armées étaient sous le commandement du Gardien du temple Ahmid. Au coeur de la bataille, la prêtresse de Ptol’a, la déesse des morts, se retrouva à combattre Ahmid. Ce fut titanesque ! Les pouvoirs des élus des dieux étaient immenses, balayant tout sur leur passage, ne prenant plus garde à leur environnement et à ceux qui se bâtaient au nom de leur cause.

Si bien qu’il n’y eut bientôt plus grand monde autour d’eux. L’épée des gardiens d’Ahmid fendait l’air dans un sifflement rauque. De son côté, la prêtresse implorait Ptol’a de lui accorder des pouvoirs terrifiants et mortels. Hélas, le Solaris eut raison d’elle et Ahmid détacha la tête de son infortunée opposante. Il regarda la tête rouler sur le sable brûlant, elle s’arrêta en faisant face au guerrier. Les yeux clignaient encore et sa bouche s’anima.

- N’est pas mort ce qui à jamais dort ! Tu as gagné, mais en me tuant tu t’es aussi infligé la mort...

Étreint par un frisson glacial Amidh réalisa que cette voix n’était pas celle de la prêtresse, mais celle de Ptol’a. Ce jour-là vit l’avènement de Sol’ra et la suprématie des forces de Minepthra. Le soir-même au coeur du désert une grande fête fut donnée en l’honneur d’Ahmid et de son armée victorieuse. L’alcool coula à flot, si bien que le gardien du temple fut vite enivré. Ses sens commencèrent à lui jouer des tours. Au milieu de la foule, il crut voir une personne qui lui semblait familière. Bousculant les convives, il poursuivit l'inconnu jusqu’au bord du fleuve passant non loin de là. Ahmid crut à l’apparition d’un fantôme, car il l’avait bien reconnue, c’était la grande prêtresse de Ptol’a.

- Est ce bien toi?, dit-il avec un mélange d’étonnement et de crainte. La jeune femme lui sourit comme pour lui répondre que oui, c’était bien elle.

- Mais c’est impossible, je t’ai tuée de mes mains.

Des larmes coulèrent sur ses joues.

- Je t’ai... tuée.

Il tomba à genou et se remémora les douces années qui précédèrent la guerre civile. A cette époque-là, il menait avec elle une douce romance qui fut hélas brisée par la folie des dieux. Et encore aujourd’hui en la voyant, il savait que son amour pour elle était toujours bien vivant.

La grande prêtresse se mit aussi à genou et prit le visage d’Ahmid entre ses mains avant de lui donner un baiser. C’est là que le gardien du temple ressentit un profond malaise, puis une douleur au niveau du coeur.

- Tu meurs par la main de celle que tu as aimée comme elle est morte de ta main.

Le guerrier n’arrivait plus à respirer, son sang bouillait dans ses veines.

- Lorsque tu seras mort, les tiens vont te momifier et te faire de somptueuses funérailles. Hélas pour toi, lorsque tu te réveilleras, tu seras enfermé dans ta tombe, pour l’éternité.

Ahmid sentait les battements de son coeur ralentir puis cesser au moment où la prêtresse lui accorda ces derniers mots.

- Tu as compris que je suis Ptol’a en personne. Cela me coûte beaucoup de venir ici. Un jour viendra où je reprendrai toute ma splendeur d’autrefois. Adieu, gardien du temple de Sol’ra.


Ahmid fut retrouvé et pleuré comme il se devait. Les honneurs lui furent rendus et comme l’avait prédit Ptol’a. On lui accorda une tombe digne d’un roi. Bien des années passèrent avant qu’Ahmid ne sorte de cette mort apparente. Il était perdu et surtout changé. Il frappa le couvercle du sarcophage avec force pour s’en extraire. Heureusement sa tombe était pourvue d’une myriade de petites gemmes solaire qui éclairaient faiblement la pièce assez exiguë. Hélas, plusieurs jours passèrent à tenter de trouver une sortie, en vain.

Dehors, la jeune Djamena suivait depuis quelques semaines les enseignements des prêtres. Ces derniers étaient fascinés de la rapidité avec laquelle la jeune femme apprenait et s'imprégnait des préceptes de Sol’ra. Une nuit, la jeune femme se réveilla avec l’étrange sensation qu’elle avait quelque chose à accomplir. Sans se soucier de quoi que ce soit, elle sortit du temple comme guidée par une force supérieure. Une voix lui disait que quelqu’un avait besoin d’elle. Elle arriva à la grande pyramide avant de rentrer à l’intérieur par une porte dérobée dont elle en ignorait l’existence jusque là. Les couloirs sinueux la menèrent au coeur de l’édifice, là où Ahmid attendait depuis des lustres. D’instinct, elle activa la porte du Tombeau et y entra sans la moindre peur. Instantanément son apparence changea, des ailes apparurent dans son dos et ses cheveux devinrent comme le sable chauffé au soleil.

- QUI EST CE ??, hurla Ahmid.

Djamena s'avança alors, éclatante de lumière. Le guerrier tomba alors à genou devant elle en reconnaissant la puissance divine de Sol'ra.

- Un envoyé de Sol’ra, se dit-il, c’est l’heure de ma rédemption, enfin je vais pouvoir rejoindre mes ancêtres.

- Vous venez me délivrer de cette non-vie ?, dit-il d’une voix incroyablement caverneuse. J’ai servi fidèlement toute ma vie d’humain. Je vous implore Messagère de me laisser partir.

- J’ai d’autres plans pour toi, gardien du temple, sers moi avec fidélité et je te délivrerai de cette malédiction.

- Mais... J’ai fait la guerre au nom de Sol’ra, j’ai tué en son nom, sacrifié mon âme et vaincu pour lui. Est-ce là sa façon de me remercier ??

- Il se montrera reconnaissant si tu agis encore en son nom, il n’y a pas de discussion à avoir. Il pourrait très bien te laisser ainsi. Ce n’est pas ce que tu veux, n’est-ce pas ?

La momie se rappela le commandement suprême des gardiens du temple : Obéir.

- Soit, que dois-je faire pour mon seigneur et maître, répondit-il avec aigreur.

- Ce que tu sais le mieux faire, tuer des gens. Une menace plus importante a fait son apparition. Ïolmarek et les autres Nomades du désert vont avoir fort à faire contre eux. Va leur prêter main forte.

- J'obéis !

Puis la jeune femme redevient Djamena, ses cheveux redevinrent noir et ses ailes disparurent.








L'Eveil



Une flèche siffla, fendant l’air avec vitesse et s’enfonça dans la poitrine du Seigneur Impérial Gakyusha...

Il avait fait la sourde oreille lors de l’avertissement de Parlesprit. Pour lui cette pierre appartenait désormais à l’Empereur et rien ne changerait cet état de fait. Les Envoyés ne s'intéressaient presque plus à cette pierre, les Combattants de Zil étaient en quasi déroute. Seuls les nomades du désert posaient des problème, mais jusqu’ici ces derniers n’avaient pas été belliqueux. Mais cela n’était qu’une façade, bientôt Ïolmarek saurait comment utiliser les pouvoirs de la pierre tombée du ciel et mettrait fin au conflit.

Hélas c’était sans compter l’arrivée de nouveaux adversaires qui eux ne souhaitaient qu’une chose, c’est que cette pierre et tous les envahisseurs disparaissent de leurs territoires millénaires. Aussi des racines avaient jaillies du sol dévastant les campements et tentant d'agripper tous ceux qui n’avaient pas encore fuient. Partout les uns et les autres tentaient de s’extraire de cette soudaine végétation et de délivrer ceux qui n’y étaient pas arrivés. Ydiane avait longuement observé tous ces gens et grâce à son expertise elle avait repéré certains membre de la Kotoba qu’elle jugeait “A neutraliser”. Elle et La Griffe s’étaient aventurés non loin de leur campement et s'apprêtaient à les éliminer. Elle banda son arc et tira sur celui qui semblait être le chef. La Griffe quand à elle fonça sur le plus gros d’antre eux. Xïn n'eut pas le temps de réagir et se retrouva sur le dos, des lianes l’enserrèrent aussitôt. Quand à Gakyusha, il remercia intérieurement Masamune qui lui avait forgé son armure, car la flèche se planta dans le métal et la pointe d’Ambre c’était en partie brisée. Mais ça voulait surtout dire qu’un tireur en voulait à sa vie. Dans le feu de l’action il vit une furie insectoïde agresser son Portefer. Il n’hésita pas et se mit à reculer dans la direction opposée. Repérant Ydiane, il empoigna la garde de sa fidèle Parole de l’Empereur et fit rapidement le vide dans son esprit. il se focalisa sur cette seconde flèche qui avait été décochée. Ce n’était pas la première fois qu’il utilisait cette technique, mais jamais dans une situation aussi originale. Alors que la flèche allait lui ôter la vie en s’enfonçant dans sa tête le Seigneur Impérial utilisa une technique ancestral de iaïjutsu, il dégaina avec une incroyable rapidité son sabre, coupa la flèche en se décalant sur le côté. Il ne s'arrêta pas là, d’expérience il savait que les tirs en mêlée était très difficile, il décida d’aller porter la parole de l’Empereur à cette insectoïde qui lui servirait de bouclier en cas de nouveau tir à son encontre. Tsuro et Amaya n’étaient pas là et Iro, Asajiro étaient repartis pour la capitale, l’attaque avait donc lieu au moment où la Kotoba n’était plus vraiment à son potentiel maximum. Le combat allait être difficile.

De l’autre côté de la pierre, les nomades s’étaient réfugiés au pied de la pierre. Le pouvoir divin empêchait les lianes de progresser jusqu’à eux. Ïolmarek et Ahlem imploraient leur dieu pendant que le Sphinx était planté en garde, brandissant ses deux cimeterres avec rage. En face deux Hom’chaï larges comme des colosses se dirigeaient en grognant de la petite troupe. Le Kei-Zan s’approcha alors, entouré d’une armure de ronces qui semblaient vivantes.

- Il est temps que vous partiez ! On ne le répètera pas.

- Créatures du mal ! Vous n’êtes rien en comparaison de Sol’ra. Vous n’êtes que des insectes et je vais vous écraser comme tel ! Hurla le Sphinx avant de se lancer contre le Kei-Zan.

Ce dernier frappa le sol de son bâton et des racines poussèrent avec célérité, capturant le mastodonte sans aucune difficulté. De leur côté les Hom’Chaï affrontaient les autres nomades avec une rage incroyable. Le sang coula rapidement, mais les blessures des nomades se refermaient grâce à la ferveur de leurs prêtres. C’était la première fois pour ces derniers qu’ils affrontaient la Magie. Ïolmarek la trouvait sans esprit et trop destructrice pour être mise entre les mains de ces sauvages. La Coeur de Sève n'eut pas de mal à s’imposer tant leur stratégie de bataille était rodée. Alors que les Hom’Chai venaient à bout des combattants du désert, Mélissandre monté sur son loup, accompagné de son pikounours prirent de flanc le reste de la troupe. Heureusement pour les prêtres, un nouvel arrivant vint rétablir un peu d’équilibre dans cette opposition des forces. Ahmid imposait autant qu’un Hom’Chaï, à ceci prêt que sa nature d’être non morte, mais non vivante fit reculer ses adversaires.

- Je suis le Ahmid, fléau de Sol’ra, vous allez rejoindre vos ancêtres qui dorment dans les profondeurs de ces terres !

Ïolmarek regarda avec de gros yeux cette momie décharnée. Il avait bien dit Ahmid, comme le héros d’autre fois. Ils virent là l’intervention évidente de leur dieu et reprirent confiance. Le combat se changea en une mêlée désorganisée.

Le Kei-Zan, lui, observait patiemment. Il écoutait cette nature détruite, il réunissait ses forces, il concentra l’énergie de sa pierre-coeur, éclat de l’arbre-dieu et alors il se transforma. Son apparence devint celle d’un homme arbre. Ses pieds devinrent des racines qui s’enfoncèrent dans le sol, de son dos poussèrent de longues branches d’où pendaient de petites fleurs. Le Daïs irradiait des flots de puissance de l’arbre-monde. C’était là l’incroyable puissance de la Coeur de Sève, car à ce moment là les Elfines et les Hom’Chaï devinrent tous des guémélites, en harmonie avec cette terre. La terre se mit à trembler, des racines et des lianes grosses comme des arbres arrachèrent le sol et s’enroulèrent doucement autour de la pierre tombée du ciel. Au bout d’un moment elles formèrent un cocon et on ne distinguait plus la moindre lueur jaune.

Ïolmarek et les autres Nomades ressentir que le lien tissé avec la pierre venait de se rompre, c’était là une lourde défaite, une bataille venait d’être perdue. Mais qui gagnerait cette guerre, désormais totale ?






Retrouvez toutes l'histoire Tombée du ciel sur le wiki officiel : Tombée du ciel

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum